Prudence de sioux des Banques centrales

Mode Expresso

La BoE a maintenu sa politique monétaire inchangée et la majorité de ses membres ne voient pas la nécessité de ….

Mode Lungo

La BoE a maintenu sa politique monétaire inchangée et la majorité de ses membres ne voient pas la nécessité de réduire les rachats.

Décision de la BoE

Comme les autres Banques centrales, elle estime que la hausse de l’inflation sera temporaire même si elle dépassera les 3% en cours d’année, mais qu’elle devrait revenir à son objectif de 2% par la suite.

Ils ont donc été 8 contre 1 à voter pour maintenir la politique inchangée et garder le programme de 875 milliards de rachats d’obligations.

Et le message ressemble diablement à celui de la FED et de la BCE, en estimant « qu’il fallait intégrer les risques de baisse des perspectives et veiller à ce que la reprise ne soit pas compromise par un resserrement prématuré des conditions monétaires ».

Concernant l’inflation, « l’inflation IPC devrait continuer à dépasser l’objectif, principalement en raison de l’évolution des prix de l’énergie et des autres produits de base, et devrait dépasser 3 % pendant une période temporaire, avec un pic plus élevé que prévu ».

Elle a aussi revu ses prévisions de croissance pour le deuxième trimestre à 1.5%, tout en s’inquiétant des risques de hausse du chômage.

Accord aux Etats-Unis ?

Rien n’est moins sûr. D’un côté Joe Biden avait à peine annoncé un accord pour un plan de 1.200 milliards de dollars, que d’un autre côté les républicains le dénonçait.

Il semble que Biden ait voulu lié cet accord à un autre plan ce qui a fait bondir les républicains. La seconde mesure serait adoptée par le biais d’une manœuvre du Sénat appelée réconciliation, ce qui lui permettrait d’entrer en vigueur sans le vote des républicains.

La proposition sur huit ans prévoit 109 milliards de dollars pour les routes, les ponts et les grands projets, 73 milliards de dollars pour l’infrastructure électrique, 66 milliards de dollars pour le transport ferroviaire de passagers et de marchandises, 65 milliards de dollars pour l’accès à la large bande, 49 milliards de dollars pour les transports publics et 25 milliards de dollars pour les aéroports.

Mais tout cela est bien en deçà des ambitions de Biden et la question du financement reste toujours en suspens.

Hausse du moral

Moral au beau fixe et même mieux que cela. En effet, l’indice IFO en Allemagne (voir graphique) augmenté plus que prévu en juin et a atteint son plus haut niveau depuis novembre 2018.

Wohlrabe, de l’institut Ifo, a déclaré que la croissance économique serait de 1,3 % au deuxième trimestre, puis de 3,6 % au trimestre suivant, les goulets d’étranglement et la hausse du coût des intrants poussant de nombreuses entreprises à augmenter leurs prix.

Même constat en Belgique, où la confiance des entreprises atteint un sommet historique affichant son niveau le plus élevé depuis 1980. À l’exception de la construction, où la confiance est quelque peu retombée en juin pour la première fois après cinq mois de hausse ininterrompue, le climat des affaires s’est une fois de plus amélioré dans toutes les branches d’activité sondées.

Un problème technique ce matin m’empêche de pouvoir publier le tableau journalier, désolé pour ce dérangement.

Subscribe
Notify of
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments