Plus noir que vous ne pensez

Posté le 24 avril 2020

L’Europe avance, après que le Conseil ait demandé aux ministres des Finances, qui eux-mêmes ont demandé aux dirigeants, qui demandent maintenant à la Commission, de plancher sur des propositions, pour venir les présenter au Conseil, l’Europe avance en effet.

Et pendant ce temps …

Les indicateurs de confiance s’enfoncent à des niveaux inédits dans tous les pays de la zone euro et en Europe au sens large.

Comme le montre le graphique, les indices PMI dans la zone euro ont atteint des niveaux inimaginables et l’indice composite a touché un niveau qui n’avait jamais été vu depuis son lancement mi-1998. C’est évidemment le secteur des services qui tire vers le bas l’indice composite, mais le secteur manufacturier, qui avait réussi à résister, montre aussi de sérieux signes de baisse. Il ressort également que les sous-indices sont tous en recul et en particulier celui de l’emploi.

J’ai repris le tableau d’hier en reprenant les prévisions et la réalité pour montrer combien la chute est importante et cela sans exception peu importe les régions. Et la Grande-Bretagne n’échappe pas à ce mouvement, évidemment, comme le montre le graphique de l’indice PMI des services et surtout son niveau par rapport à 2008.

La Suède, qui n’a pas pratiqué un lockdown total comme les autres pays, n’échappe cependant pas à la morosité ambiante avec un indice de confiance publié par the National Institute for Economic Research (NIER), qui est passé de 58.6 à 33.9, mais surtout dont la composante « confiance des consommateurs » est passée de 73.9 à 15.5.

Et à propos de confiance des consommateurs, l’indice GfK en Allemagne (voir graphique) a également touché des niveaux inédits depuis la création de cet indice en 1980. Et tant qu’on est dans les indices GfK, ceux pour la Grande-Bretagne (voir graphique aussi) ne sont pas différents et les perspectives à 12 mois sont encore perçues plus négativement.

Mais rassurez-vous l’Europe avance et nos dirigeants européens ont pris pleinement conscience de l’urgence de la situation et ont donc demandé à la Commission de revenir avec des propositions pour le 6 mai.

Et seule, la BCE ne pourra pas contenir les tensions en particulier sur le marché monétaire comme le montre la poursuite de la remontée de l’euribor 3 mois (voir graphique), qu’il faut surveiller de près.

Recul aussi aux Etats-Unis

Comme l’a montré mon tableau, les Etats-Unis n’échappent évidemment pas à la chute des indices PMI et en particulier celui des services.

Comme attendu aussi, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont été de 4.427 millions cette semaine contre 5.237 millions la semaine passée, ce qui porte à 26.453 millions les personnes qui se sont inscrites depuis le 21 mars, soit 16.2% de la population active.

Qui dit hausse du chômage, dit inexorablement chute de l’immobilier. Ainsi, les ventes de maisons neuves ont chuté de 15.4% en taux annuel, soit le plus fort recul depuis 6 ans et demi.

Mais à la différence de l’UE, les Etats-Unis ont déjà décidé de mettre sur la table 2.500 milliards de dollars pour soutenir l’économie en complément des interventions et mesures permanentes de la FED.

Recul de l’inflation suite

J’évoquais le recul de l’inflation hier, phénomène qui va se généraliser et qui inquiète particulièrement le Japon qui craint de revivre une période de déflation.

Comme le montre le graphique, le taux d’inflation est passé de 0.6% à 0.4% et le confinement partiel imposé en avril risque fort d’encore accentuer ce recul avec une baisse des prix dans les services.

Ce qui implique qu’en absence d’inflation, les taux vont rester bas au Japon comme aussi ailleurs ce qui permet aux banques centrales de continuer de baisser leur taux.

C’est encore le cas ce matin de la banque centrale chinoise qui a réduit de 0.20% son taux de facilité à moyen terme pour le ramener à 2.95%. Et dans le même temps, elle continue à injecter régulièrement des liquidités dans l’économie.

Des gagnants

Juste un chiffre pour terminer, la production industrielle au mois de mars a augmenté de 21.7% à Singapour suite à un doublement de la production de produits pharmaceutiques.