Achats illimités par la BOJ

Mode Expresso

La BOJ ouvre une semaine qui sera ponctuée par les réunions des banques centrales, ….

Mode Lungo

La BOJ ouvre une semaine qui sera ponctuée par les réunions des banques centrales, même si, à priori, elles ne devraient pas apporter des changements fondamentaux à leur politique monétaire.

Réunion de la BOJ

La FEB, la BCE et la Riksbank ne devraient pas modifier leur politique monétaire mais continuer de marteler leurs engagements à tout faire pour assurer la liquidité et la fluidité du système financier.

Par contre la BOJ, qui a laissé ses taux inchangés, a quand même annoncé des nouvelles mesures. Elle a en effet annoncé, comme la FED, qu’elle a  ouvert la voie à des achats illimités d’obligations en supprimant l’objectif d’expansion de sa base monétaire de 80 trillions de yens par an.

Elle augmente ainsi les plafonds d’achat de papiers commerciaux et d’obligations commerciales à 20 trillions de yens. La limite supérieure des achats de papiers commerciaux par émetteur est portée à 500 milliards de JPY (contre 100 milliards de JPY auparavant), tandis que la limite supérieure des achats d’obligations de sociétés par émetteur est portée à 300 milliards de JPY (contre 100 milliards de JPY auparavant). L’échéance des obligations de sociétés achetées sera portée à cinq ans.

A côté de ce programme d’achats, elle augmente également son programme de prêt en faveur du financement des entreprises.

Ces annonces, ainsi que les perspectives de voir le lockdown s’assouplir dans certains pays, ont porté la bourse japonaise ce matin et devraient permettre aux autres bourses d’ouvrir en hausse pour débuter la semaine.

Entre autres en Italie

L’Italie, durement touchée avec 26.000 morts, devrait assouplir les règles de confinement et une reprise de l’activité devrait se faire à partir du 4 mai.

En plus de cette perspective plus positive, S&P a décidé de laisser le rating de l’Italie inchangé à BBB avec une perspective négative, ce qui est aussi une bonne nouvelle et qui a permis de légèrement diminuer la pression sur les taux (voir graphique).

Indicateurs en berne

Par contre, même si l’espoir d’une levée partielle des mesures de confinement rassure un peu, les indicateurs de confiance continuent de révéler l’ampleur du choc pour l’économie.

C’était le cas avec les indices PMI, et cela sera encore le cas aux Etats-Unis cette semaine avec l’indice ISM entre autres.

Et cela a été le cas avec l’indice IFO en Allemagne (voir graphique) et comme le soulignait son président, Clemens Fuest, “le sentiment à l’égard des entreprises allemandes est catastrophique ». Cet indice a en effet atteint des niveaux totalement inédits et a connu en plus une chute historique par son ampleur.

De chute, il en est aussi question pour les ventes de détail en Grande-Bretagne pour le mois de mars, mais qui n’est encore qu’un avant-goût d’un chiffre attendu en avril qui sera encore plus négatif.

Ces dernières ont chuté de 5.1% en mars, soit la plus forte chute depuis le lancement de l’indice en 1996, et alors que le lockdown n’a commencé que mi-mars. Selon certaines estimations pour le mois d’avril on pourrait assister à une chute entre 20 et 30% des ventes de détail.

Tensions sur le baril

Après le crash sur le marché du prix du WTI la semaine passée, l’apaisement n’est pas encore de mise et la volatilité reste très élevée sur le prix du baril. Il faut dire que malgré les décisions de l’OPEP et les fermetures de puits forcées la production ne se réduit pas assez en regard de la chute de la demande.

Comme le montre le graphique, le nombre de puits de pétrole aux États-Unis est à son plus bas niveau depuis juillet 2016, tandis que le nombre total de plates-formes pétrolières et gazières au Canada est tombé à son plus bas niveau depuis au moins 2000. Et depuis le début de cette réduction, le bassin Permien et le Nouveau-Mexique ont été à l’origine de 62 % des arrêts de production, ce qui est très inquiétant quand on sait que cette région a été l’une des plus prospères des États-Unis.

Cela signifie que l’on devrait encore connaitre des tensions sur le prix du Brent aussi dans les prochains mois.

S’abonner
Notifier de
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments