De la patience pour la pause viticole

Posté le 23 avril 2020

Nous savons maintenant ce que veut dire attendre, être patient, ne pas se précipiter. Pour mon sixième coup de cœur, j’ai choisi un vin et surtout un cépage qui demande du temps pour se fondre, pour s’apprécier.

Il suffit de voir l’année de la bouteille pour se rendre compte qu’il lui faut vraiment beaucoup de temps, et encore, cette bouteille peut encore vieillir.

Le cépage est typique de la région du Sud-Ouest de la France, mais se retrouve aussi en Amérique Latine. C’est un cépage qui a de la mâche, qui est puissant et très riche en tanins, d’où sans doute son nom, à savoir le tannat.

Ce n’est pas un cépage très connu, sauf des amateurs de Madiran dont certaines cuvées sont 100% tannat. Ce qui est le cas de la cuvée Clos Basté, du domaine du même nom.

La robe est noire, foncée avec des jambes interminables.

Le nez déborde du verre par sa puissance et prolonge directement la robe. C’est un nez terreux, de mousse et de bois, avec une touche de térébenthine. Ce nez exalte des notes puissantes mais tout en charme malgré tout.

La bouche nous plonge dans une forêt dont les saveurs se confondent après une petite averse. Le soleil brille à travers les feuillages, et du sol émane des odeurs d’humus, de bois, de chêne et tout cela enrobe et envoûte. Au loin, dans cette forêt on sent une bonne odeur de feu qui distille doucement un parfum qui donne envie de griller une bonne côte à l’os au feu de bois.

Et il faudra bien cela pour calmer l’ardeur de ce vin, qui a une longueur en bouche qui est phénoménale, d’au moins 16 caudalies. Cauda quoi ? Une caudalie est la mesure, en secondes de la persistance aromatique en bouche après la dégustation.

A encaver pour une longue garde pour l’ouvrir dans 10 ou 20 ans.

 

 

Adresse du domaine : Clos Basté – 64350 Moncaup

Prix : autour des 17 euros pour les millésimes récents