Tout faire pour éviter la panique

Posté le 4 février 2020

La situation demeure toujours aussi délicate et incertaine, mais la volonté des autorités monétaires chinoises d’abreuver le marché en liquidité a rassuré même si l’épidémie continue de progresser.

Une certaine accalmie

Pas dans la progression de l’épidémie avec ce matin 425 morts et 20.438 personnes contaminées et de nouvelles mesures de confinement.

Mais accalmie sur les bourses, qui se sont reprises, et également sur les devises avec un peu moins de pression sur le franc suisse à la hausse et sur les autres devises comme la couronne norvégienne à la baisse.

Par contre, les matières premières continuent de souffrir et c’est entre autres le cas pour le prix du baril qui continue de littéralement s’effondrer sous le recul de la demande provenant de Chine (voir graphique). Les membres de l’OPEP réfléchissent à une nouvelle réduction de leur production pour enrayer l’hémorragie mais la Russie n’est pas très chaude.

Pas non plus d’accalmie sur les taux longs qui restent orientés à la baisse avec de plus en plus d’anticipation de baisse des taux par les banques centrales pour juguler l’effet négatif de l’épidémie. Cela me semble prématuré surtout dans le cas de la FED ou de la BCE, mais il est évident que l’économie mondiale va être affectée.

Il suffit pour s’en convaincre d’observer l’évolution de l’indice Blatic, qui mesure l’évolution des coûts du fret maritime en vrac sec, (voir graphique), qui a plongé. Et les autorités chinoises ont déjà signalé aux Américains qu’ils ne pourraient pas tenir leurs engagements dans le cadre de l’accord commercial signé le 15 janvier suite au ralentissement de leur économie.

Messages contrastés

Les indices PMI à travers le monde ont donné une image très contrastée de la situation économique.

Dans le désordre, car il n’y a pas vraiment d’ordre, et sans que je sois exhaustif, voilà donc quelques indices PMI.

La pression sur la couronne norvégienne ne surprend plus qu’à moitié quand on constate que l’indice PMI manufacturier a sensiblement reculé en passant de 55 à 50.9, ce qui vient se rajouter à l’impact négatif de la baisse du prix du baril.

La Pologne qui est en première ligne par rapport à l’Allemagne a vu son indice PMI manufacturier reculer encore à 47.4 contre 48.

En Russie, un peu comme en Norvège, l’économie doit faire face au ralentissement du prix du baril et à la baisse de l’activité industrielle comme l’a confirmé l’indice PMI manufacturier à 47.9 contre 47.5.

Petite lueur d’espoir en Italie, où on l’a vu la croissance a été atone en 2019, on a connu une légère reprise de l’indice PMI manufacturier à 48.9 contre 46.2.

En zone euro, la reprise n’est pas pour tout de suite comme l’a confirmé l’indice PMI manufacturier à 47.9 contre 46.3 même si le creux semblait derrière nous jusqu’à l’apparition du coronavirus.

Par contre, comme le montre le graphique, les indices PMI en Grande-Bretagne ont connu un rebond très marqué. La clarification de la situation politique a clairement donné un coup de fouet à l’économie même si la période d’incertitude n’est pas encore levée. Pour preuve d’ailleurs, le sterling est un peu sous pression depuis hier avec le début des discussions entre l’UE et la Grande-Bretagne dans un délai estimé par l’UE trop court.

Autre bonne nouvelle, comme le montre le graphique, l’indice ISM manufacturier aux Etats-Unis est repassé au-dessus des 50 porté par la signature de l’accord avec la Chine et malgré l’arrêt de la production du Boeing 737 MAX.

Hong Kong s’enfonce

Hong Kong traverse sa pire crise économique depuis 10 ans et ne devrait pas connaitre de reprise en 2020. Sur le quatrième trimestre, l’économie a connu une contraction de -0.4% après une baisse de -3% au troisième trimestre.

Pour l’ensemble de l’année 2019, l’économie s’est contractée de -1.2% et les mesures de restriction pour contrer l’épidémie vont encore un peu plus peser sur les commerces et le tourisme.

Dernière information mais à prendre avec beaucoup de prudence, Sanders serait premier dans l’Iowa. Mais la confusion est totale, cependant si l’information est confirmée cela pourrait être une véritable surprise.