L’industrie toujours en panne

Posté le 9 janvier 2020

Industrial Laser cutting processing manufacture technology of flat sheet metal steel material with sparksClick on banner below to view more images in the

Les indices de confiance en zone euro, publiés ces derniers jours, ne tiennent évidemment pas compte des tensions au Moyen-Orient et sont donc un peu comme des miroirs déformants qui donnent l’impression qu’on a maigri alors que l’on sort des fêtes.

Un situation contrastée en zone euro

Même si les réactions du baril de pétrole, de l’or, des bourses et des taux indiquent que les marchés ne croient absolument pas à une guerre et que la réaction iranienne sera très limitée.

Mais malgré cela, en zone euro, on a cependant un sentiment d’un certain décalage entre des indices de confiance qui se redressent avec l’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine et le Brexit qui aura bien lieu le 31 janvier 2020. Et le fait qu’une sortie effective avec accord de la Grande-Bretagne d’ici le 31 décembre 2020 semble totalement impossible ou irréaliste selon l’UE. Et également le constat que les indicateurs économiques ne montrent, pas encore, de réelles améliorations.

A propos d’indice de confiance, celui de la Commission européenne montre un léger mieux comme illustré par le graphique. Sans surprise cette petite amélioration est le fait d’un secteur des services qui demeure confiant ainsi que la consommation. Et la hausse a été observée en particulier en Italie et en Espagne.

Par contre, en Allemagne, les indicateurs réels ne montrent pas encore d’amélioration significative. Ainsi, les commandes à l’industrie, après une petite hausse de 0.2% en octobre, ont plongé de -1% en novembre. Ce chiffre est d’autant plus décevant que l’on anticipait une hausse de 0.3%. Ce qui incite évidemment à la plus grande prudence alors que l’on attend le chiffre de la production industrielle et celui de la balance commerciale.

Le chiffre des exportations ne serait pas bon avec un recul de -0.90% après une hausse de 1.20%. Alors que la production industrielle se redresserait avec une hausse de 0.80% après un recul de -1.70%. Mais vu la déconvenue sur les commandes, il n’est pas certain que la reprise soit aussi marquée.

Signes encourageants en Chine

D’abord, il faut souligner la hausse constante du yuan comme le montre le graphique, reflet de l’optimisme qui entoure la signature de l’accord la semaine prochaine avec les Etats-Unis.

Ensuite, même si le chiffre demeure à son niveau le plus élevé depuis 7 ans, l’inflation en Chine a progressé de 4.5% au lieu des 4.7% attendu. En cause évidemment toujours le prix du porc qui s’est envolé suite à la grippe porcine africaine. Mais le Core CPI a augmenté de 1.4% en taux annuel, soit un taux de 2.9% pour l’ensemble de l’année 2019. Ce qui signifie qu’avec un objectif de 3%, les autorités monétaires disposent toujours d’une possibilité d’assouplissement monétaire.

Autre bonne nouvelle, comme le montre le graphique, les prix à la production remontent tout doucement. Cette hausse devrait se poursuivre en principe avec l’accord commercial et les mesures d’assouplissement monétaire prises ces dernières semaines.

Santé insolente de l’économie américaine

Alors que l’on attend les chiffres du chômage ce vendredi, les chiffres publiés par ADP sont très encourageants. En effet, en décembre, l’économie américaine a créé 202.000 emplois dans le secteur privé contre 124.000 le mois passé. Ce chiffre dépasse largement les attentes et renforce le sentiment que la croissance au quatrième trimestre aura été soutenue aux Etats-Unis.

Même si, inéluctablement le marché de l’emploi se ralentit avec en moyenne 163.000 créations d’emploi par mois en 2019 contre 219.000 en 2018.