Asie émergente : un optimisme prudent déjà-vu

Posté le 16 décembre 2020

 

Il y a un an, avant le déclenchement de la pandémie, les perspectives économiques étaient prudemment optimistes pour l’Asie émergente après une année 2019 quelque peu faible. La Chine et les États-Unis avaient convenu d’un accord commercial de phase I, le climat des affaires s’était amélioré dans un certain nombre d’économies asiatiques, les ventes de semi-conducteurs avaient atteint leur niveau le plus bas, et la combinaison d’une faible inflation et de l’attente de taux directeurs toujours bas de la part de la Fed et de la BCE avait fourni l’espace nécessaire aux banques centrales des marchés émergents de la région pour assouplir leur politique. Puis est survenue l’épidémie de coronavirus, qui a non seulement déclenché une crise sanitaire mondiale, mais a également entraîné un grave effondrement de la croissance économique mondiale. Aucune région n’a vraiment échappé aux effets économiques de la pandémie, mais de nombreux pays d’Asie ont réussi à contenir à la fois la propagation du virus et ses retombées économiques relativement bien par rapport à d’autres régions. Aujourd’hui, le monde entre dans la phase terminale de la pandémie alors que le déploiement (progressif) des vaccins est en cours. Une fois de plus, l’Asie émergente semble bien placée pour profiter de la reprise mondiale.

Regard sur le passé

À la même époque l’année dernière, avant le déclenchement de la crise du Covid-19, un certain nombre de « pousses vertes » pour l’Asie émergente étaient apparues. Tout d’abord, une série de données positives suggérait que la croissance en Chine se stabilisait après plusieurs mois de ralentissement, ce qui aurait des retombées positives pour les partenaires commerciaux de la région. Cette perspective positive pour la Chine et le commerce international a été soutenue par l’annonce d’un accord commercial de phase I entre les États-Unis et la Chine, qui a permis d’éviter une nouvelle escalade des droits de douane et même de réduire certains droits de douane en vigueur. Deuxièmement, le climat manufacturier dans un certain nombre d’économies de la région, dont Taïwan, la Malaisie, la Thaïlande et la Corée du Sud, était redevenu positif, ce qui pouvait refléter l’attente d’un environnement extérieur légèrement plus favorable, notamment une reprise attendue des ventes de puces de haute technologie.

Bien que les perspectives prudemment optimistes pour l’Asie émergente en 2020 ne se soient pas concrétisées – en grande partie à cause de la pandémie – plusieurs économies asiatiques ont relativement bien réussi cette année par rapport aux autres grandes économies. En effet, du point de vue de la santé publique, l’Asie dans son ensemble a réussi à maintenir la propagation du virus lui-même relativement contenue par rapport aux autres régions (figure 1).

Pour certaines économies, cela s’est traduit par un choc moins grave pour la croissance. En effet, bien que le Vietnam et Taïwan aient tous deux connu une forte baisse du rythme de croissance du PIB au deuxième trimestre 2020, les deux économies ont tout de même réussi à maintenir des taux de croissance positifs d’une année sur l’autre tout au long de l’année. Les performances économiques relativement décentes de Taïwan et du Vietnam reflètent probablement une position de départ solide pour les deux économies, une bonne maîtrise du virus et le fait que les exportations ont relativement bien résisté au deuxième trimestre, malgré la récession mondiale. En outre, une comparaison des données de Google sur la mobilité révèle que la mobilité sur le lieu de travail est restée beaucoup plus élevée à Taïwan et au Vietnam que sur les marchés émergents qui ont connu le plus grand effondrement économique. L’économie chinoise, quant à elle, a effectivement reculé de 6,3 % en glissement annuel au premier trimestre, mais elle a rebondi de manière impressionnante aux deuxième et troisième trimestres, et est en voie d’enregistrer une croissance annuelle positive en 2020. Il y a bien sûr toujours des exceptions, et la Malaisie et l’Inde ont toutes deux connu des baisses particulièrement marquées de la croissance du PIB au deuxième trimestre. Toutefois, les deux économies ont rebondi plus fortement que prévu au troisième trimestre (figure 2).

Moins de traumatismes, une meilleure reprise

Pour l’avenir, la reprise est clairement en cours, les exportations, la production industrielle et le climat des affaires dans la région s’améliorant. Il pourrait encore y avoir des revers liés aux nouvelles vagues de la pandémie (les chiffres sont actuellement en hausse en Malaisie, en Indonésie et en Corée du Sud), mais la récente publication des données sur la sécurité et l’efficacité de plusieurs vaccins Covid-19 suggère que la phase finale de la pandémie est en cours. En outre, la récente confirmation de Joe Biden comme président élu aux États-Unis élimine une certaine incertitude liée à l’environnement commercial international. Bien que nous ne nous attendions pas à ce que l’administration Biden adopte des accords de libre-échange ou même lève les droits de douane qui avaient été imposés par l’administration Trump – du moins pas à court terme – la politique commerciale américaine sera probablement moins basée sur les droits de douane ou sur Twitter. C’est une bonne nouvelle pour de nombreuses économies émergentes d’Asie, qui ont été confrontées aux retombées sur la croissance des guerres commerciales entre les États-Unis et la Chine en 2018 et 2019.

Enfin, le choc économique moins sévère de la pandémie pour de nombreuses économies de la région suggère probablement que les cicatrices économiques (telles que les pertes d’emplois permanents et les faillites) qui peuvent entraver la reprise seront plus limitées. Ainsi, les économies qui ont traversé la crise avec un impact moins sévère sur le PIB sont bien placées pour bénéficier de la reprise mondiale de la demande en 2021.

Comparaison des vulnérabilités

Il est également important de noter que bien que les marchés financiers connaissent actuellement une forte poussée d’optimisme, notamment en réponse aux bonnes nouvelles sur le front des vaccins, les préoccupations liées aux vulnérabilités des marchés émergents, et en particulier les dettes et déficits publics, finiront par réapparaître. Là encore, l’Asie émergente est relativement bien positionnée, notamment par rapport à l’Amérique latine (figure 3). L’Asie émergente finira probablement par laisser la pandémie derrière elle, tout en présentant moins de vulnérabilités structurelles que de nombreuses autres économies émergentes. Par conséquent, compte tenu des fondamentaux macroéconomiques plus solides et des vulnérabilités plus limitées dans le contexte de la fin de la pandémie, les perspectives pour l’Asie émergente sont une fois de plus prudemment optimistes.