Le yuan se renforce, excellente nouvelle

Posté le 6 novembre 2019

Close up of China Yuan Renminbi currency note against US Dollar.

Pour mesurer si l’optimisme est toujours d’actualité, il suffit de se concentrer sur l’évolution du yuan, qui est, ces derniers temps, un excellent indicateur de l’état des relations entre les Etats-Unis et la Chine.

L’indice yuan

Au vu du graphique de la parité en USD/CNH, on peut donc se montrer relativement optimiste sur l’état d’avancement des discussions et sur la préparation de la Phase I de l’accord.

La question essentielle serait, car le conditionnel est encore de mise, de savoir où les deux dirigeants pourraient signer cet accord. L’Iowa pour Trump pour montrer à son électorat sa brillante victoire mais ce qui pourrait signifier une humiliation pour Xi, la Grèce parce Xi s’y rend bientôt, l’Alaska plus neutre, et j’en passe.

Le deuxième indicateur de ce sentiment positif est la remontée assez sensible des rendements obligataires aux Etats-Unis, comme le montre l’évolution du rendement du treasury 10 ans.

Japon en ralentissement

Il ne fait aucun doute que la croissance au Japon au troisième trimestre aura été aussi faible que celle du trimestre précédent, mais elle demeurera positive grâce à la consommation intérieure.

Comme partout, le secteur manufacturier souffre, mais, plus inquiétant, comme le montre le graphique, le secteur des services a vu son indice passer sous le seuil des 50 pour la première fois depuis septembre 2016. Il est évident que la hausse de la TVA en octobre n’est pas étrangère à ce recul, et un tassement de l’activité était attendu à cause de cette dernière.

L’indice PMI composite qui est passé de 51.5 à 49.1 montre donc que l’économie nippone devrait connaitre une croissance atone au quatrième trimestre.

Incertitude en Grande-Bretagne

J’en parlais hier, et comme au Japon, le quatrième trimestre devrait se caractériser par une stagnation de la croissance compte tenu des indices PMI.

Comme l’illustre le graphique, le secteur des services n’a pas repassé la barre des 50, et donc l’indice composite se situe juste en dessous, signal d’une croissance atone au quatrième trimestre après une croissance estimée à 0.2% au troisième trimestre.

Même si le report, non pardon la flextension, a un peu fait tomber la tension, l’incertitude liée aux élections continue de peser sérieusement sur l’activité économique.

Recul du déficit commercial américain

Le recul de ce dernier pourrait donner l’illusion que la politique de Trump commence à porter ses fruits, mais il n’en est rien. En effet si le déficit commercial s’est réduit de -4.7% à 52.5 milliards de dollars, c’est parce que les Etats-Unis sont devenus des exportateurs nets de pétrole, et que les importations et exportations ont reculé sous l’effet de la guerre commerciale et du ralentissement du commerce mondial.

Ce recul des importations et des exportations se reflète particulièrement dans les flux avec la Chine, les importations en provenance de Chine ont chuté de 1 milliard de dollars en septembre, mais les exportations vers la Chine ont aussi reculé de 800 millions de dollars. Et il est intéressant d’observer que les exportations de soja vers la Chine ont diminué malgré les annonces tonitruantes de Trump (c’est presque un pléonasme là).