Tous les regards sont tournés vers les USA

Posté le 30 octobre 2019

usa

Quelques heures avant la réunion de la FED sera publié le chiffre du PIB pour le troisième trimestre, qui devrait acter le ralentissement de l’économie américaine.

En attendant la FED

La croissance en taux annuel est attendue à 1.6% contre 2% le trimestre précédent, ce qui devrait plaider en faveur d’une nouvelle baisse de taux de la part de la FED.

Ce recul de la croissance américaine est lié à un ensemble d’éléments dont bien évidemment l’impact négatif de la guerre commerciale sur l’industrie. Mais pas seulement, il faut aussi pointer la fin de l’impact positif des mesures fiscales prises par Trump l’année passée dont l’effet s’estompe tout doucement.

La décélération de l’économie est aussi la conséquence d’un ralentissement des investissements dans l’industrie, en partie à cause de la guerre commerciale, et d’un impact négatif des stocks.

Malgré un taux de chômage historiquement bas, la consommation des ménages ne réitérera pas son niveau très élevé du trimestre précédent marqué par une hausse de 4.6% et elle ne devrait augmenter que de 2.6%, compte tenu de l’affaiblissement de la confiance, comme le montre le graphique.

graphe20191030

Le commerce international ne devrait pas non plus contribuer à la croissance, en partie à cause des problèmes de Boeing avec son 737 MAX.

L’un dans l’autre, cette décélération de l’économie américaine est logique et normale, mais accentuée malheureusement par la guerre commerciale.

La FED va annoncer ce soir une nouvelle baisse de 0.25% pour ramener ainsi son taux dans une fourchette de 1.50%-1.75%, et annoncer que compte tenu des éléments actuels ce niveau des taux est approprié. La décision sera suivie d’une conférence de presse de Powell qui devrait donner des précisions sur la relance ou pas d’un programme de rachat d’actifs qui ne serait pas cependant de la même ampleur que précédemment.

Forte hausse des ventes de détail

Les ventes de détail au Japon ont fait un bond de 9.1% en taux annuel au mois de septembre, soit la plus forte hausse depuis mars 2014. Mais cette hausse est artificielle et le mois prochain devrait connaitre une contraction de ces dernières, car cette hausse est liée à la remontée de la TVA de 8% à 10% à partir du 1er octobre.

En 2014, la hausse de la TVA avait provoqué le même effet et n’avait été qu’un feu de paille, ce que l’on craint également cette fois-ci.

Sur le front du change

Comme le montre le graphique, la couronne norvégienne continue de s’affaiblir sans toujours aucune raison particulière.

graphe20191030a

Le sterling par contre est resté inchangé, malgré ou à cause, du vote enfin favorable du parlement pour la tenue d’élections générales le 12 décembre.

Le dollar par rapport à l’euro reste stable dans l’attente de la décision de la FED mais également des nombreux indicateurs économiques qui seront publiés cet après-midi. Car en plus du chiffre du PIB est attendu le chiffre des créations d’emploi dans le secteur privé publié par ADP. Et ce chiffre devrait être inférieur à celui des mois précédents, car on attend 110.000 créations contre 135.000 le mois précédent.

Ce chiffre est extrêmement important, car cela pourrait signifier que le chiffre des créations d’emploi publié vendredi aux Etats-Unis pourrait montrer un ralentissement important du marché de l’emploi. Selon les estimations, les créations d’emploi pourraient tomber à 85.000 contre 136.000 le mois passé, et donc ne plus être suffisantes pour absorber les nouveaux entrants sur le marché.

Le dollar canadien est stable, dans l’attente de la réunion de la BOC qui a contrario de la FED ne devrait pas bouger ses taux.

tableaux20191030