Un accord purement électoral

Posté le 14 octobre 2019
Colorful sunset over wheat field.

Colorful sunset over wheat field.

L’accord partiel qui a été conclu entre les Américains et les Chinois est évidemment une excellente nouvelle, mais il ne fera pas disparaitre pour autant tous les chiffres décevants et de ralentissement.

Phase I

C’est donc à un accord partiel que sont arrivées les deux parties, accord dont les informations demeurent encore à ce stade assez parcellaire. Preuve que l’accord est vu d’un bon œil par les Américains, la hausse des tarifs douaniers qui devaient intervenir le 15 octobre a été annulée.

Cet accord concernerait l’agriculture, la devise et la protection des propriétés intellectuelles. Concernant l’agriculture, les Chinois se seraient engagés à acheter pour 50 milliards de dollars de produits agricoles, ce qui va ravir bien évidemment les agriculteurs américains qui représentent un électorat important pour Trump.

Cet accord a évidemment ravi les bourses, mais a par contre fait remonter les rendements obligataires, qui avaient déjà amorcé ce mouvement vendredi.

Comme le montre le graphique, le yuan s’est sensiblement renforcé, comme par hasard. Et le prix du soja américain a encore un peu plus accentué son rebond comme le montre le graphique.

graphe20191014

graphe20191014a

Brexit, phase ultime ?

Encore une semaine cruciale pour le Brexit qui sera marquée par un sommet européen jeudi et vendredi et peut-être un vote par le parlement britannique samedi.

Il y a manifestement eu des avancées suffisantes pour que l’on évoque des discussions d’arrache-pied pour essayer d’arriver à temps pour conclure un accord. L’idéal serait évidemment d’avoir un accord pour le sommet européen.

Reste la possibilité que faute de temps, un nouveau report du Brexit soit demandé, pour permettre de finaliser les avancées.

En attendant, le sterling a, comme le montre le graphique, fait une volte-face impressionnante et s’est renforcé dans l’espoir d’un accord.

graphe20191014b

Ralentissement qui se confirme

Ces deux bonnes nouvelles n’ont pas fait s’envoler comme par magie les signes de ralentissement.

En particulier en Chine, où les exportations ont reculé de -3.2 % en septembre en taux annuel, mais où les importations ont également fortement reculé de -8.5 % en taux annuel.

Après un recul de -5.6 % au mois d’août, ce recul des importations est un signal inquiétant, car cela signifie qu’en dépit des mesures de soutien prises par les autorités la demande intérieure reste faible.

Preuve de ce ralentissement, la Banque Mondiale a révisé à la baisse les prévisions de croissance pour l’Inde pour cette année à 6 % contre 7.5 % précédemment.

Preuve aussi, les autorités monétaires à Singapour ont décidé d’assouplir leur politique monétaire pour la première fois depuis 3 ans. Ces dernières n’agissent pas sur les taux d’intérêt, mais sur les taux de change en fixant une fourchette de fluctuation qui a été légèrement revue à la baisse.

Il faut dire qu’après une contraction de -2.7 % au deuxième trimestre, la reprise au troisième trimestre a été modeste avec un taux de 0.6 %, soit un taux annuel de 0.1 %.

La banque centrale de Corée du Sud devrait procéder ce mercredi a une nouvelle baisse de son taux de 0.25 % vu les prévisions de croissance qui ont été revues à 2 % contre 2.7 % précédemment.

tableaux20191014