La baisse des taux en Chine est inéluctable

Posté le 10 septembre 2019
Young male broker looking at a stock market of china with declining arrows

Young male broker looking at a stock market of china with declining arrows

Les signes de ralentissement en Chine se multiplient et clairement une baisse du taux directeur devient de plus en plus nécessaire pour espérer limiter le ralentissement.

Baisse des prix

Après le recul des exportations, c’est la nouvelle baisse des prix à la production qui interpelle. Comme le montre le graphique, les prix à la production ont reculé de -0.8 % en taux annuel, soit la plus forte contraction depuis août 2016.

graphe20190910

Même si le taux d’inflation est resté inchangé à 2.8 %, ce nouveau recul du PPI fait craindre de voir la Chine basculer dans la déflation si de nouveaux assouplissements monétaires ne sont pas mis en place.

Même si ce recul du PPI est en partie lié à la baisse du prix du baril, il reflète également et surtout un ralentissement de l’activité qui oblige les entreprises à réduire leur prix pour ne pas perdre des parts de marché.

Bouleversement dans les flux

Je soulignais hier la nette réduction des échanges commerciaux entre la Chine et les États-Unis, conséquence logique de la guerre commerciale, et qui explique aussi ce recul du PPI en Chine.

Mais ce recul n’est pas perdu pour tout le monde et c’est entre autres le cas pour Taiwan qui a vu ses exportations vers les États-Unis exploser au mois d’août.

De façon globale, les exportations affichent une hausse de 2.6 % en taux annuel, soit un record en volume sur un mois. Mais par rapport aux États-Unis, elles se sont envolées avec une hausse de 22.8 % en taux annuel, portées par les demandes de Smartphones essentiellement. Et ce flux a aussi concerné le Japon avec une progression de 7 % et même la Chine avec un taux de 1.1 %.

Ces chiffres reflètent le déplacement de la production qui est en train de s’opérer, les entreprises quittant la Chine pour s’installer dans des pays qui ne subissent pas de hausse des tarifs douaniers de la part des États-Unis.

Ce mouvement devrait se calmer dans les prochains mois, mais en attendant cela va contribuer à la croissance de l’économie.

Petite stabilisation en Europe

Malgré les camouflets successifs encaissés par Boris Johnson une sortie sans accord reste possible, car il continue de prétendre que la sortie de la Grande-Bretagne se fera bien le 31 octobre. Cette incertitude va donc perdurer et continuer de plomber la confiance des entreprises, mais deux éléments un peu plus rassurants ont été publiés hier en Europe.

D’une part, comme le montre le graphique, l’indice Sentix qui mesure le moral des investisseurs dans la zone euro s’est très légèrement redressé, ces derniers étant un tout petit peu plus optimiste dans l’évolution de la guerre commerciale.

graphe20190910a

Le deuxième élément qui explique ce mouvement est aussi lié à la réunion de la BCE qui cristallise des attentes énormes de la part des investisseurs, trop peut-être.

D’autre part, un rayon de soleil a illuminé faiblement la situation morose en Allemagne avec une hausse inattendue de 0.7 % des exportations. Ce chiffre est une réelle bonne surprise, même s’il ressort que c’est la demande en dehors de l’UE qui a soutenu ces exportations.

Brexit suite

Si Boris Johnson a vu sa demande d’élections anticipées rejetée pour la deuxième fois, il n’en a pas moins toujours l’intention de sortir la Grande-Bretagne de l’UE le 31 octobre.

Pourtant, la loi votée par le Parlement et signée par la Reine stipule que sans accord la Grande-Bretagne devra demander un report de 3 mois sauf si un accord est trouvé et approuvé par le Parlement le 19 octobre. Mais le scénario d’un refus des 27 d’accorder une nouvelle prolongation n’a pas été envisagé et ne peut cependant pas être exclu.

Il ne faudrait donc pas exclure de voir Boris Johson provoquer les 27 lors du sommet européen du 17 octobre pour provoquer des dissensions qui amèneraient un pays à rejeter toute prolongation. S’ouvrirait alors pour lui le boulevard d’une sortie sans accord qu’il appelle de ses vœux.

tableaux20190910


Vous souhaitez me poser une question ?