Qui joue .. perd ..

Posté le 4 septembre 2019

Pair of red dice in front of euro money placed on simple, dark background depicts financial policies and business environments with chance and risk.

Faut-il encore s’étonner que les Chinois jouent la montre dans les négociations commerciales et que le parlement britannique ait repris la main en poussant Boris Johnson à provoquer des élections ? La réponse est évidemment non et cela en devient, il faut bien le reconnaitre, lassant.

Les craintes de Trump

Manifestement, Trump craint de plus en plus de voir l’accord lui échapper, les Chinois faisant tout pour retarder la reprise du dialogue. Alors que normalement les discussions devaient reprendre ce samedi, il semblerait que la date soit reportée sans avoir fixé une autre date.

Mais c’est sans doute aussi de voir l’impact négatif de cette guerre commerciale sur l’économie américaine que Trump craint le plus, alors que les premiers signaux se manifestement clairement. Il a beau, jusqu’à présent, déclarer que c’est l’économie chinoise qui souffre et qui sera la plus impactée, le consommateur américain va commencer à sentir réellement la hausse des tarifs.

Et pour la première fois depuis août 2016, comme le montre le graphique, l’indice ISM manufacturier aux Etats-Unis est passé sous le seuil des 50, en passant de 51.2 à 49.1. Ce recul indique que l’industrie américaine souffre de cette guerre commerciale alors que, jusqu’à présent, les indices de confiance avaient résisté, mais qu’ils rejoignent maintenant la cohorte des indices en recul en Europe, au Japon et en Chine.

graphe20190904

Si l’on analyse en détail, cet indice, la situation est encore plus interpellante, avec un sous-indice « new orders » qui a plongé en passant de 50.8 à 47.2, soit son niveau le plus bas depuis juin 2012. Le sous-indice « export orders » a suivi la même tendance et est tombé à son niveau le plus bas depuis avril 2009.

Et alors que l’on attend ce vendredi les chiffres sur le marché de l’emploi, le sous-indice sur l’emploi a aussi marqué le pas avec des intentions de réduire les heures prestées pour s’adapter à la diminution de la production.

Il s’agit donc d’un sérieux avertissement et une poursuite de la dégradation de cet indice augmenterait les risques de récession de l’économie américaine.

Il n’en fallait pas plus pour que la bourse américaine termine dans le rouge et que les anticipations de baisse de taux ne s’accentuent avec une baisse des taux longs comme le montre le graphique (et un écart quasi nul entre le rendement du treasury 2 ans et le 10 ans qui perdure).

graphe20190904a

Boris trébuche

Le Parlement n’ayant pas apprécié le coup de force de Boris Johnson a décidé de reprendre la main à 328 voix contre 301 en présentant un projet de loi visant à forcer le Premier ministre à demander une nouvelle prolongation du délai du 31 octobre s’il ne pouvait conclure un accord remanié.

La nouvelle date limite devrait être le 31 janvier de l’année prochaine, à moins que les députés ne votent en faveur d’une nouvelle entente ou d’un Brexit sans entente d’ici le 19 octobre.

En réponse à ce vote, le premier ministre Johnson a déclaré qu’il présenterait une motion pour une élection générale anticipée, que le gouvernement prévoit le 15 octobre. La motion requiert la majorité des deux tiers des 650 députés britanniques, ce qui signifie que le premier ministre Johnson aura besoin de l’appui du Parti travailliste. En cas d’échec, il sera contraint de passer sous les fourches caudines du parlement, soit un retour à la case départ.

Et en attendant, la situation économique se dégrade inexorablement avec, comme le montre le graphique, après un recul de l’indice PMI manufacturier, un recul de l’indice PMI du secteur de la construction, ce qui fait craindre de plus en plus une récession.

graphe20190904b

Chute à Hong Kong

Un graphique résume à lui seul l’impact des manifestations sur l’économie. Il s’agit de l’indice PMI global qui indique clairement le risque de voir l’économie connaitre une croissance négative au troisième trimestre, dans un contexte déjà à la base fragilisé par la guerre commerciale.

graphe20190904c

Résilience du secteur des services

En Chine, l’indice PMI des services est passé de 51.6 à 52.1, démontrant une demande soutenue sur le marché intérieur. Au Japon, ce même indice a fait un bond en passant de 51.8 à 53.3, soit son niveau le plus élevé depuis octobre 2017. Ce mouvement est d’autant plus marquant que le gouvernement a prévu une hausse de la TVA en octobre qui aurait pu plomber le moral des entreprises.

Et en Europe, ces indices PMI des services sont attendus soit stables, soit en légère hausse.

tableaux20190904