Un risque d’une guerre des devises ?

Posté le 12 juin 2019

Forex Markets Currency Trading Global Economy Concept. United Kingdon Pund, European Euro, American and Canadian Dollar, Japanese Yen Currency

Systématiquement, Trump continue de taper sur la Chine pour obtenir un accord, mais aussi sur la FED pour obtenir une baisse des taux, mais aussi sur les pays qui manipuleraient leurs devises, en un mot il continue de provoquer. Sommes-nous à la veille d’une guerre des devises ?

Inflation en Chine

Avant la publication de l’inflation aux Etats-Unis, chiffre qui aura inéluctablement une influence sur la réunion de la FED la semaine prochaine, les chiffres d’inflation en Chine ont été publiés ce matin.

L’indice des prix à la production a progressé en taux annuel de 0.6% contre 0.9%, ce qui démontre toujours d’une activité en retrait. Et comme le montre le graphique, les prix à la production sont en net recul depuis la mi-2018, ce qui correspond au moment où les premiers effets de la guerre commerciale se sont fait ressentir.

graphe20190612

Par contre, l’indice des prix à la consommation a progressé à 2.7% contre 2.5%, uniquement sous l’effet de la hausse du prix du porc à cause de la peste porcine africaine (voir l’impact de cette contamination sur les prix des matières premières agricoles dans un article que je publierai en fin de matinée).

Inflation aux Etats-Unis

L’évolution de l’inflation aux Etats-Unis est cruciale pour deux raisons. D’une part, pour savoir si la hausse des tarifs douaniers se répercute aux ménages américains. Et d’autre part, si la tendance reste à une inflation en deçà de l’objectif de la FED qui lui laisserait alors la latitude de baisser ses taux.

Le Core CPI est attendu en hausse de 0.2% d’un mois à l’autre contre 0.1%, soit un taux annuel inchangé à 2.1%. Mais cette prévision est sujette à une certaine prudence après la publication de l’indice des prix à la production.

En effet, le Core PPI a augmenté de 0.4% d’un mois à l’autre, soit un taux annuel qui est passé de 2.2% à 2.3%, ce qui ne plaide pas en faveur d’un affaiblissement de l’inflation.

Moral en berne

La poursuite des tensions commerciales continue de peser sur le moral des investisseurs en zone euro comme le montre le graphique de l’indice Sentix de la Commission.

graphe20190612a

Ce recul de l’indice est en partie lié au recul du moral des investisseurs allemands qui est tombé à son niveau le plus bas depuis mars 2010. Il faut dire que l’Allemagne est particulièrement affectée par le recul du commerce international, et en particulier son industrie automobile, mais aussi que l’immobilisme du gouvernement ne contribue nullement à améliorer la confiance.

Une BOE à part ?

La BOE se démarquerait-elle des autres banques centrales en augmentant ses taux ? La question pourrait semblée saugrenue si elle n’avait pas été évoquée par des membres de la banque centrale. Selon certains d’entre eux, une hausse préventive des taux se justifierait pleinement par le niveau du chômage historiquement bas et par la faiblesse de la livre qui pourrait entrainer une hausse de l’inflation.

Cette décision irait totalement à l’encontre des anticipations du marché qui table, comme pour les autres banques centrales, sur une baisse des taux. Surtout après la publication des chiffres de croissance qui montrent un sérieux ralentissement de l’activité sur la seconde partie de l’année.

La semaine prochaine sera donc une semaine chargée avec la réunion de la FED mardi et mercredi et celle de la BOE jeudi, avant le G20 du 28 et 29 juin.

Ps : La performance de la bourse russe depuis le début de l’année a surpris, retrouvez mon interview sur le site Moneystore.https://moneystore.be/2019/actu/hitparade-fonds-etonnante-remonte-russie

tableaux20190612


Vous souhaitez me poser une question ?