Prêcher la guerre pour obtenir la paix ?

Posté le 14 mai 2019
container,container ship in import export and business logistic.By crane ,Trade Port , Shipping.cargo to harbor.Aerial view.Water transport.International.Shell Marine.transportation.business,logistic.

container,container ship in import export and business logistic.By crane ,Trade Port , Shipping.cargo to harbor.Aerial view.Water transport.International.Shell Marine.transportation.business,logistic.

Il ne faut plus se voiler la face, nous sommes bien repartis dans une nouvelle escalade dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et un accord n’est pas pour tout de suite.

Nouvelle escalade

Pour ceux qui en doutaient encore, la Chine est bien décidée à défendre sa position et a donc décidé d’imposer des droits de douane allant de 5% à 25% sur 5.140 produits américains, ce qui représente environ 60 milliards de dollars d’importations.

Comme on sait que de leurs côtés, les Américains préparent la mise en place de nouveaux tarifs douaniers sur 325 milliards de dollars d’importations chinoises, l’escalade n’est pas prête de s’arrêter.

Et comme la perspective d’un accord avait été le fer de relance de la reprise des bourses depuis le début de l’année, l’absence d’un accord à court terme a eu l’effet exactement inverse.

Les bourses ont donc connu hier une séance dans le rouge avec en particulier un recul des valeurs tournées vers l’exportation et une hausse de la volatilité comme le montre le graphique.

graphe20190514

Dans le même temps, les taux aux États-Unis ont légèrement reculé sous l’effet d’un déplacement des investissements, mais aussi à cause de crainte que cette guerre commerciale n’affecte la croissance américaine.

Car ce second round de hausse des tarifs douaniers va très probablement obliger les entreprises à répercuter une partie de la hausse, ce qui impactera la consommation.

Autre conséquence, le prix du soja américain est reparti à la baisse et revient à ses niveaux de septembre 2018 (comme le montre le graphique), ce qui a déjà obligé Trump a annoncé une aide de 15 milliards de dollars pour les fermiers.

graphe20190514a

Il faut maintenant se raccrocher à l’espoir d’une rencontre lors du G20 fin juin entre Trump et Xi pour faire bouger les lignes, mais ce qui veut dire que jusqu’à cette date la volatilité va faire la loi.

Ralentissement qui se confirme

Comme si cela ne suffisait pas, plusieurs indicateurs économiques mettent en avant les signes d’un ralentissement de l’économie et aussi quelque part les effets délétères de la guerre commerciale.

C’est entre autres le cas des volumes mondiaux de fret aérien qui ont sensiblement diminué dans les principaux aéroports du monde entier. Avec une constante, à savoir que le ralentissement le plus marqué se concentre sur les liaisons à destination et en provenance d’Asie.

Au Japon, les indicateurs économiques, dont le leading indicator font craindre que le pays ne soit entré en récession en ce début d’année. De rumeurs évoquent d’ailleurs la possibilité que le premier ministre Abe reporte la hausse de la TVA prévue en octobre, qui devait passer de 8% à 10%.

Cela rappelle que cela ne serait pas la première fois qu’il devrait reporter une hausse de la TVA pour cause de ralentissement de l’économie, et surtout, il ne veut pas connaitre la même mésaventure qu’en 2014 où la hausse de la TVA avait provoqué un choc pour la consommation intérieure.

Sur un an, les ventes de voitures en Chine ont reculé de -14.6%, soit le dixième mois consécutif en recul comme le montre le graphique. En partie, ce recul est la conséquence de l’imposition de nouvelles normes d’émission, mais aussi d’un ralentissement de l’économie suite à la guerre commerciale.

graphe20190514b

Et dernier indice, le différentiel entre le rendement du treasury 10 ans et celui à 3 mois (voir graphique) et proche de zéro, ce qui relance les spéculations sur les risques d’une récession aux États-Unis.

graphe20190514c

tableaux20190514