Powell conforté dans sa patience

Posté le 3 mai 2019
Online job hunting Hands with computer tablet reading employment ads infront of crowd of people

Online job hunting Hands with computer tablet reading employment ads infront of crowd of people

Les indices PMI manufacturiers en zone euro montrent une timide stabilisation même s’ils demeurent encore à des niveaux très faibles.

Une timide stabilisation

Comme le montre le graphique, le mois d’avril est caractérisé par une très faible reprise de ces indices de confiance. Mais pas suffisamment pour pouvoir anticiper une reprise plus marquée de l’industrie au second trimestre.

graphe20190503

L’indice pour l’Allemagne se distingue des autres pays par l’ampleur de la baisse et par le fait que le redressement se fait attendre. Même l’Italie n’a pas connu une telle dégradation de la situation et voit son industrie se redresser plus rapidement.

Et pour reprendre une citation célèbre, « ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés », il faut bien constater que ce recul de la confiance a touché tous les pays. C’est aussi le cas de l’indice PMI manufacturier pour la République tchèque qui est passé de 47.3 à 46.6, soit son niveau le plus bas depuis décembre 2012.

Cela n’a cependant pas empêché la banque centrale tchèque d’augmenter de 0.25 % son taux pour le porter à 2 %. Il s’agit de la huitième hausse depuis 2017, pour contrer la hausse de l’inflation et tenter de renforcer la couronne tchèque. Mais comme le montre le graphique de l’évolution de la parité en EUR/CZK, cette dernière n’a pas tellement bénéficié de l’impact positif de la hausse des taux.

graphe20190503a

Selon les propos du gouverneur de la banque nationale, cette hausse de taux clôture un cycle et les taux devraient rester stables jusqu’au milieu de 2020, ce qui explique sans doute le peu de réactions sur la devise.

Powell conforté

Les indicateurs économiques aux États-Unis viennent conforter la position de Powell, et la perspective d’une baisse des taux est reportée à 2020.

Ainsi, les commandes à l’industrie ont augmenté de 1.9 % en mars après un recul de -0.3 % en février. En plus, au premier trimestre, la productivité a augmenté de 3.6 % en taux annuel, soit le taux le plus élevé depuis le troisième trimestre 2014.

C’est donc avec beaucoup de sérénité que l’on attend les chiffres du chômage aux États-Unis.

Les créations d’emploi sont attendues à 185.000 contre 196.000 en mars, preuve que l’activité ne faiblit pas et que la dynamique demeure. Et en plus, la hausse du salaire horaire moyen serait limitée à 0.3 %, soit un taux annuel à 3.3 % contre 3.2 %, ce qui conforte le scénario d’une absence d’inflation.

Baisse de taux en vue ?

Le fait que la FED semble bien décidée à laisser ses taux inchangés pour une longue période a pesé sur les devises pour lesquelles en revanche les anticipations de baisse de taux sont extrêmement fortes.

C’est en particulier le cas du dollar australien qui a accentué son recul ces derniers mois comme le montre le graphique, et qui a percé le seuil psychologique des 0.70 dans la perspective de la réunion de la banque centrale la semaine prochaine. Et c’est également le cas du dollar néozélandais pour les mêmes raisons comme le montre également le graphique.

graphe20190503c graphe20190503b

Un mouvement la semaine prochaine de ces deux banques centrales serait un signal psychologique important et ouvrirait la voie à d’autres banques centrales en particulier dans les pays émergents.

Ce ne sera sans doute pas le cas pour Hong Kong malgré un début d’année très décevant. En effet, la croissance a progressé de 0.5 % en taux annuel au premier trimestre, soit la plus faible croissance depuis le troisième trimestre 2009.

Par rapport au taux de 1.2 % au dernier trimestre 2018, il est évident que cela marque une sévère décélération de l’économie, affectée par un recul des exportations. La reprise observée en mars en Chine et la perspective d’un accord entre les États-Unis et la Chine devraient permettre un rebond des exportations.

Attention cependant à l’euphorie, car ce matin certains évoquent le fait que les discussions entre les Américains et les Chinois seraient dans l’impasse.

tableaux20190503