L’immobilier américain s’ajuste

Posté le 24 avril 2019
Sold Home For Sale Real Estate Sign in Front of Beautiful New House.

Sold Home For Sale Real Estate Sign in Front of Beautiful New House.

Le marché immobilier aux États-Unis montre des signaux contradictoires et qui rendent l’interprétation très compliquée.

Chiffre positif

Après le recul des ventes de maisons existantes, on attendait une baisse également des ventes de maisons neuves. Or, ces dernières ont sensiblement progressé avec une hausse de 4.5 % en mars. Il s’agit de la plus forte hausse en 1 an et demi soutenue par l’évolution des prix et aussi une détente des taux hypothécaires.

Il est vrai que ces derniers ont reculé de 0.80 % pour le 30 ans depuis le mois de novembre, suite au changement de cap de la FED.

Mais preuve que le marché est instable, le prix moyen d’une nouvelle maison a reculé de -9.7 % sur un an.

Il semblerait que le problème actuel du marché immobilier aux États-Unis tient au fait que le marché manque de maisons à des prix moyens ce qui décourage les acheteurs.

Comme on évoque les taux, ces derniers sont légèrement repartis à la hausse, mais surtout le différentiel entre le rendement du treasury 10 ans et celui à 2 ans (voir graphique) qui avait tendance à se réduire comme peau de chagrin s’élargit à nouveau, ce qui éloigne le spectre de la récession.

graphe20190424

A propos de taux

La publication du taux d’inflation en Australie a renforcé nettement les anticipations de baisse de taux.

Sur la période du premier trimestre, l’inflation est restée inchangée, et est donc tombée à un taux annuel de 1.3 % contre 1.8 % au trimestre précédent.

Il s’agit du taux le plus bas depuis le troisième trimestre 2016, et à l’époque, la réponse de la banque centrale avait été deux baisses de taux. Car nous sommes très éloignés de l’objectif de 2 à 3 % d’inflation que s’est fixé la banque centrale.

Comme les probabilités d’une baisse de taux ont augmenté pour la réunion du mois de mai, le dollar australien s’est encore affaibli (voir le graphique par rapport au dollar), et la bourse australienne a touché son niveau le plus haut depuis 11 ans comme le montre le graphique.

graphe20190424a

graphe20190424b

La décision de la banque centrale d’Australie sera suivie avec beaucoup d’attention, car elle est la première à avoir indiqué un changement de sa politique monétaire et pourrait donc être la première à baisser ses taux.

Attitude incertaine

Alors que les discussions entre Américains et Chinois se poursuivent et après les très bons indicateurs économiques, les autorités monétaires chinoises ont quand même encore injecté des liquidités, preuve que la situation demeure incertaine.

Certaines entreprises ont encore beaucoup de mal à se financer alors qu’elles font face à un ralentissement de leur activité. Mais le fait que la banque centrale injecte à nouveau des liquidités fait craindre qu’elle n’entretienne des bulles, en particulier dans le secteur immobilier.

Si le yuan a peu réagi à cette annonce, comme le montre le graphique, par contre la bourse chinoise a reculé inquiète de cette décision des autorités monétaires.

graphe20190424c

tableaux20190424