Le maillon faible : la France ?

Posté le 8 janvier 2019
Marseille, France – March 19, 2017: woman holding a french election card to vote in the presidential elections

Marseille, France – March 19, 2017: woman holding a french election card to vote in the presidential elections

Les indicateurs en zone euro ont soufflé le chaud et le froid et démontrent la forte dépendance de la zone euro à l’économie mondiale.

Indicateurs en Europe

L’indice Sentix a reculé (voir graphique), certes moins que prévu, mais retrouve quand même son niveau d’il y a quatre ans. Dans les facteurs qui expliquent ce nouveau recul, on retrouve bien évidemment l’incertitude liée au Brexit, le contexte d’incertitude mondiale sur le front économique, et la crise des « gilets jaunes » en France.

graphe20190108

Comme les mois précédents, l’industrie allemande est particulièrement affectée par le recul du commerce mondial. Et c’est ce qui ressort une nouvelle fois de la chute de -1 % des commandes à l’industrie au mois de novembre. Ce chiffre est plus mauvais que les prévisions qui tablaient sur un recul de -0.4 %, et que la hausse de 0.2 % du mois passé.

Par contre, la croissance en Europe sera assurée par la consommation intérieure qui devrait bénéficier des réformes fiscales en France, et en Belgique. Mais également de la hausse des salaires en Allemagne et en France.

Cette hausse du pouvoir d’achat a soutenu les ventes de détail dans la zone euro qui ont progressé de 0.6 % en novembre par rapport au mois précédent. Sur un an, elles ont progressé de 1.1 % avec les plus fortes hausses observées en Slovénie (+10.7 %), en Roumanie (+7.2 %) et en Lituanie (+7 %).

Malheureusement, la Belgique est la lanterne rouge et affiche un recul, sur un an, de -1.6 % de ces ventes de détail.

Recul aussi aux États-Unis

Après le recul assez sensible de l’indice ISM manufacturier aux États-Unis, l’indice ISM des services a aussi connu un recul comme le montre le graphique.

graphe20190108a

C’est en particulier le secteur du commerce de gros qui s’attend à un tassement de la demande en 2019 sous l’effet conjugué de la guerre commerciale, le recul des marchés boursiers, la hausse des taux hypothécaires et la hausse des coûts.

Malgré ce recul des indices ISM, cela ne remet nullement en cause la croissance aux États-Unis, mais indique un ralentissement de cette dernière.

Mais pour tous les secteurs, et le cas d’Apple est sans doute symptomatique, la guerre commerciale entre la Chine et les États unis a un impact très négatif.

Et donc le simple fait de constater que les Américains tout comme les Chinois souhaitent arriver à un accord est déjà un signal très encourageant.

La Chine a fait preuve de bonne volonté en reprenant ses achats de soja américain et les discussions devraient reprendre dans un contexte favorable.

Enlisement en France

La situation en France reste préoccupante et l’enlisement du conflit semble se confirmer un peu plus chaque jour avec un pouvoir déstabilisé et qui ne parvient pas à reprendre la main.

On a vu que les indices PMI en France avaient lourdement chuté en décembre et pourraient rester en dessous des 50 en janvier si la situation demeure toujours aussi tendue.

Un autre indicateur de cette dégradation de la situation est le différentiel de taux entre le bund 10 ans et l’obligation française 10 ans. Comme le montre le graphique, ce différentiel continue de s’élargir et se situe au niveau d’avril 2017 au moment des élections présidentielles.

graphe20190108b

Cet élargissement tombe au mal pour la France qui non seulement a vu ses dépenses augmenter de 10 milliards d’euros pour répondre aux attentes des « gilets jaunes ». Mais aussi parce qu’elle sera en 2019, le deuxième plus gros emprunteur de la zone euro. En effet, la France devrait emprunter environ 225 milliards d’euros contre 240 milliards pour l’Italie.

Et comme pour l’Italie, elle ne bénéficiera plus des achats massifs et récurrents de la BCE. Il faudra donc surveiller de près cette augmentation du différentiel de taux et la tournure de la contestation.

tableaux20190108


Vous souhaitez me poser une question ?