Il ne reste plus qu’à espérer

Posté le 23 novembre 2018
Brexit or british exit on airport sign board with blurred background. Brexit concept.

Brexit or british exit on airport sign board with blurred background. Brexit concept.

Le week-end qui vient sera évidemment crucial pour les discussions sur le Brexit, et ce n’est encore qu’une première étape.

Avancées mais …

Hier, la Grande-Bretagne et l’Union européenne se sont mises d’accord sur un projet de texte établissant une relation post-Brexit étroite, mais demeure le problème de Gibraltar qui doit encore être réglé avant la réunion des dirigeants européens de dimanche afin d’approuver le Pacte.

D’autres points doivent encore être abordés, mais il semble acquis que la période de transition, qui doit se terminer après 21 mois en décembre 2020, pourra être prolongée pour une période maximale de deux ans.

Pour autant, les inconnues demeurent encore nombreuses et il faudra attendre la dernière minute, ce dimanche, pour savoir si une première avancée pourra être saluée.

Sans dire que cet accord donnera le ton de la semaine, mais il est évident que si nous commençons la semaine sans accord, le G20 qui se tient la semaine prochaine commencera sous des auspices extrêmement défavorables.

Minutes de la BCE

Les minutes de la dernière réunion de la BCE ont confirmé qu’elle avait bien l’intention de mettre un terme à son programme d’assouplissement en janvier 2019.

Et le recul de l’indice de confiance des consommateurs publié par la Commission et qui se situe à son niveau le plus bas depuis 20 mois (voir graphique), tout comme le recul des autres indices n’ont pas changé la position de la BCE.

graphe20181123

Car malgré les incertitudes et une dégradation de la situation, la BCE estime que les risques sont contenus. Et son chief economist, Peter Praet estime qu’il serait prématuré de relancer pour le moment un programme de prêts aux banques sur des durées plus longues (à savoir les fameux TLTRO). La prochaine échéance n’est qu’en juin 2020, ce qui laisse du temps aux banques pour anticiper a-t-il estimé.

Ce qui signifie que la BCE se retire tout doucement du marché et n’apportera pas de soutien aux banques italiennes et au taux italien en cas de fortes tensions si le conflit avec la Commission s’envenime.

Et pour revenir sur les indices de confiance, nous serons très attentifs à l’évolution des indices PMI dans la zone euro. Pour l’Allemagne, l’indice composite est attendu à 53.1 contre 53.4, et pour la zone euro à 53 contre 53.1, ce qui marquerait une stabilisation bien nécessaire.

Chiffres effrayants

Il y a des chiffres qui semblent totalement irréalistes et pourtant ils correspondent à une réalité et ils traduisent le quotidien de la population.

Deux chiffres ont été avancés par des sources non gouvernementale concernant la situation au Venezuela. Le PIB en 2017 aurait finalement reculé de -16.6%, un taux évidemment record.

Mais la situation continue de s’empirer cette année, et le taux d’inflation au mois d’octobre a atteint 833.000%, ce qui va encore aggraver la malnutrition et l’exode.

Toujours de la pression sur les émergents

La hausse attendue des taux aux Etats-Unis continue d’exercer une pression sur les devises des pays émergents avec comme conséquence une hausse de l’inflation.

Même si c’est sans doute un one shot, la banque centrale d’Afrique du Sud a décidé d’augmenter son taux pour la première fois depuis 3 ans vu le niveau d’inflation. Cette dernière se situe à 5.1%, soit quasiment dans le haut de la fourchette de l’objectif de la banque centrale.

Elle a donc décidé d’augmenter de 0.25% son taux pour le porter à 6.75%, tout en se montrant plus optimiste pour la croissance en 2019.

tableaux20181123