Pressions sur la Chine

Posté le 30 octobre 2018

de

Rumeur distillée volontairement, ou moyen de pression, les Américains ont en tout cas laissé filer l’information sur la mise en place possible d’une nouvelle salve de tarifs douaniers.

Tensions commerciales

Alors que Donald Trump et Xi Jinping doivent se rencontrer en marge du sommet du G20, les Américains préparent déjà une nouvelle liste de produits qui pourraient être taxés en cas d’échec des discussions.

Cette rumeur, qui n’a pas été confirmée, mais qui rentre totalement dans la logique de Trump, a provoqué un retournement spectaculaire de la bourse américaine. Cette dernière, sur la trace des bourses européennes, avait ouvert en forte hausse avant de basculer dans le rouge et de terminer en négatif.

La réaction en Asie est par contre différente, peut-être parce que les investisseurs se rendent de plus en plus compte que le grand perdant dans l’histoire serait plutôt les États-Unis. Les bourses asiatiques sont en hausse, mais surtout, et il n’y a pas de hasard, le yuan s’est encore affaibli et s’affiche à son niveau le plus bas depuis 10 ans (voir graphique).

graphe20181030

Euro sous pression

Il faut dire que le dollar est en hausse par rapport à toutes les devises et que cette hausse risque aussi de peser sur les exportations et les résultats des entreprises, ce qui pourrait aussi expliquer le recul de la bourse américaine.

Mais l’euro lui est spécifiquement sous pression, toujours à cause de l’Italie, mais surtout après l’annonce de la fin de règne pour Angela Merkel. Après la cuisante défaite aux élections dans le land de Hesse, elle a annoncé qu’elle ne briguerait plus le poste de président de la CDU ni celui de Chancelière, évidemment.

Elle compte cependant aller au bout de son mandat qui se termine en 2021 et mettre ainsi un terme à treize années de domination politique en Allemagne, mais en Europe aussi.

Mais évidemment le doute s’insinue sur sa capacité à demeurer à son poste jusqu’au bout de son mandat vu la fragilité de sa position. Et surtout, on peut craindre pour l’Europe une absence de leadership avec une Allemagne sans ambition.

Cette annonce tombe au plus mauvais moment pour l’Europe qui doit relever le défi du Brexit, tenir tête à Trump et qui va affronter l’année prochaine des élections européennes.

Libéré

C’est en tout cas le message délivré par le ministre des Finances Philip Hammond en présentant son budget tout en tablant sur un accord sur le Brexit.

Il a confirmé la hausse des dépenses entre autres dans le secteur de la santé et annoncé une taxe sur les grandes entreprises technologiques à partir de 2020.

Mais pour le moment on ne voit toujours pas poindre le moindre accord et la pression sur le sterling s’est légèrement renforcée. Et surtout, les crédits à la consommation se tassent avec une hausse de 7.7 % sur un an en septembre contre un taux de 8.2 % le mois passé.

Croissance en Belgique

Selon une première estimation par la Banque Nationale de Belgique, la croissance au troisième trimestre a été de 0.4 %, soit un taux annuel de 1.7 %.

Ce chiffre est meilleur que celui du trimestre précédent qui était de 0.3 % seulement. Si les exportations ont contribué positivement à ce chiffre (voir graphique), par contre la consommation intérieure a été assez faible.

graphe20181030a

Mais évidemment une escalade dans la guerre commerciale pourrait venir peser sur les chiffres de croissance des prochains trimestres.

Nous faisons aussi bien que la France qui après une croissance de 0.2 % au deuxième trimestre affiche une croissance de 0.4 %. C’est le rebond de la consommation intérieure qui a soutenu la croissance, après un recul de -0.1 %, elle a progressé de 0.5 %. Et les exportations ont également contribué positivement à ce chiffre ainsi que les investissements, en forte hausse.

L’Espagne demeure sur sa lancée avec une croissance de 0.6 % au troisième trimestre, soit un taux annuel de 2.50 %, et on attend avec prudence le chiffre pour l’Italie. Pour la zone euro, la croissance devrait être de 0.4 % contre 0.3 %, soit un taux annuel de 1.80 % contre 2.10 %.

tableaux20181030


Vous souhaitez me poser une question ?