Un vignoble atypique

Posté le 13 septembre 2018

fr1

Derrière chaque vin se cache toujours un vigneron ou une vigneronne, et on ne comprend le vin que si l’on rencontre celui qui le fait.

J’ai eu ainsi la chance de rencontrer Jeanette van der Steen du Château Bon Baron à Sorinnes. Son histoire, son parcours, et son accent racontent et expliquent ce vignoble assez atypique en Belgique par le choix de ses cépages et par la diversité de ces derniers.

A la base c’est l’histoire d’un couple de Hollandais qui, charmé par les paysages de la région, achète un petit château dans le but d’y faire des chambres d’hôtes.

Jeanette, passionnée de cuisine, avait là un beau projet et pour encore mieux charmer ses hôtes, elle décide de planter des vignes sur la terre qui entoure leur petit château.

Ce n’est que le jour où débarque un restaurateur de la région avec une de ses bouteilles à la main qu’elle réalise qu’elle peut faire plus que quelques bouteilles.

Tout s’emballe alors pour ce vignoble créé en 2003, qui va passer de 2 ha à 17 ha en 2010, en plantant pas moins de 14 cépages différents comme le chardonnay, le riesling, le pinot noir, l’acolon, le muscat, …

fr

Comme le montre la photo, j’ai eu l’occasion de déguster quelques-uns des vins du domaine. Si l’on y retrouve les cépages présent dans pas mal de vignobles en Belgique, le château de Bon Baron se caractérise aussi par un choix de cépages internationaux.

La dégustation a commencé avec le Pinot Blanc qui apporte une belle fraîcheur et une belle longueur. En 2015, ce Pinot Blanc est de haute volée dans un millésime qui a été assez chaud.

Le Pinot Gris, de 2015 également et malgré un élevage d’1 an en fût de chêne, se révèle d’une belle tenue avec un boisé très fin qui ne vient en rien dominer le vin. Il se montre plus gras que le Pinot Blanc avec des touches épicées qui ferait un très bon accord avec la cuisine indienne.

Si la Belgique est plutôt connue pour ses réussites en mousseux, et qu’elle a de très beaux vins blancs, le climat actuel ne permet pas encore vraiment d’élever de beaux vins rouges.

Le Château Bon Baron fait un peu exception à la règle, en partie par le choix des cépages, et aussi grâce à ses terroirs situés le long de la Meuse.

Le premier rouge dégusté a été l’Acolon, cépage allemand créé en 1971, qui donne, dans le millésime 2015, une robe dense et peu évoluée  avec une bouche profonde et  souple, aux arômes de fruits noirs, et de myrtilles.

Le Pinot Noir de 2013, est un vin épicé avec également une belle longueur comme le vin précédent, mais une robe moins soutenue vu le cépage. Il s’agit d’un beau vin qui montre tout le savoir-faire de ce domaine.

L’entièreté du domaine est travaillé sans herbicides ni insecticides et la récolte se fait manuellement avec une production annuelle d’environ 75.000 bouteilles.

Vous pourrez trouver plus de renseignements ou prendre rendez-vous pour une dégustation sur le site www.bonbaron.be.