La hausse du dollar n’est pas un indice de confiance !

Posté le 3 août 2018
Finance and banking concept. Euro coins and us dollar banknote close-up. Abstract image of Financial system with selective focus, toned, double exposure.

Finance and banking concept. Euro coins and us dollar banknote close-up. Abstract image of Financial system with selective focus, toned, double exposure.

La BOE a bien, comme prévu, augmenté de 0.25% son taux directeur.

Hausse des taux

Sans surprise donc, la BOE a fait passer son taux de 0.5% à 0.75%, la seule surprise étant venue du fait qu’elle a pris cette décision à 9 contre 0, alors qu’on attendait un vote à 7 contre 2.

Mais ce n’est clairement pas l’amorce d’un grand mouvement de hausse des taux dans les prochains mois car elle se méfie de l’impact négatif que pourrait avoir la guerre commerciale et aussi des conséquences du type de Brexit qui sera finalement négocié.

Elle table sur un taux d’inflation de 2.09% les deux prochaines années, et garde sa prévision d’une croissance de 1.4% cette année, et à 1.8% contre 1.7% en 2019.

Le gouverneur de la BOE, Mark Carney, a estimé qu’une hausse de taux par an, sauf choc particulier, est une bonne règle empirique pour les trois prochaines années.

Une autre banque centrale a augmenté ses taux, à savoir la banque centrale tchèque. Elle également décidé d’une hausse de 0.25% pour porter son taux à 1.25%. Mais à contrario de la BOE, ce n’est pas la première ni la dernière hausse.

Elle veut compenser la faiblesse de la devise (depuis le début de cette année comme le montre le graphique de la parité en EUR/CZK), et contenir l’inflation dans un contexte de croissance solide. Elle table sur une croissance de 4% en 2018 alors que l’inflation s’est inscrite à 2.6% en juin par rapport à un objectif de 2%.

graphe20180803

Hausse du dollar

Les nouvelles menaces américaines par rapport aux importations chinoises ont accentué la hausse du dollar par rapport à l’ensemble des devises. Et évidemment par rapport au yuan avec un nouveau plus haut atteint comme le montre le graphique.

graphe20180803a

Les Chinois ont beau appelé à la retenue, l’administration américaine semble faire la sourde oreille et aussi minimiser l’impact de ces mesures. Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, n’a-t-il pas déclaré : « Mettons les choses en perspective arithmétique. 25 pour cent sur 200 milliards de dollars, s’il est adopté, c’est 50 milliards de dollars par an », l’impact ne serait pas « cataclysmique » ».

Mais ce point de vue n’est pas du tout partagé par les agriculteurs américains ni par certains secteurs comme le secteur automobile ou GE qui estime que cette hausse des tarifs pourrait augmenter ses coûts entre 300 et 400 millions de dollars.

Si je détourne la phrase de Cioran qui a écrit « quand l’idée se cherchait un refuge, elle devait être vermoulue, puisqu’elle n’a trouvé que l’hospitalité d’un cerveau », je pourrais juste rajouter le cerveau de Trump.

Cette menace pèse sur les indices de confiance avec un indice PMI des services en Chine qui a reculé à 52.8 contre 53.9. Et il en est de même pour l’indice composite au Japon qui a baissé à 51.8 contre 52.1.

Les prix des matières premières sont sous pression dans ce contexte de ralentissement de la croissance, à part le prix du blé qui s’envole avec la sécheresse comme le montre le graphique. Tiens d’ailleurs à propos de croissance, maintenant que les chiffres du PIB ont été publiés pour le second trimestre, je cherche désespérément l’impact positif de la coupe du monde quand je vois que la France a connu une croissance de 0.3% la Belgique également sans parler de celle de la Grande-Bretagne.

graphe20180803b

Autre tension

Si la tension est vive entre les Etats-Unis et l’Iran, et entre les Etats-Unis et la Chine, elle l’est tout autant entre les Etats-Unis et la Turquie. Suite à l’arrestation d’un ressortissant américain, l’administration américaine a décidé d’imposer des sanctions à deux membres du cabinet d’Erdogan, à savoir son ministre de la justice et celui de l’intérieur.

Inutile de dire que la livre turque déjà sous pression a encore accentué son recul comme le montre le graphique de la parité en USD/TRY.

graphe20180803c

Et le CDS (Credit Defaut Swap) à 5 ans de la Turquie se situe à 346 bp soit son niveau le plus élevé depuis 6 ans et demi, preuve des fortes inquiétudes sur la stabilité financière du pays.

Chiffres du chômage

Même si ces chiffres sont importants, vu le climat d’incertitude et les tensions que nous connaissons, ils risquent fort d’être moins suivi que d’habitude. Il s’agit bien évidemment des chiffres du chômage aux Etats-Unis.

On attend un taux de chômage qui reviendrait à 3.9% contre 4%, avec 193.000 créations d’emploi contre 200.000 le mois passé avec une hausse du salaire horaire moyen de 0.30%, soit un taux annuel inchangé à 2.70%.

A suivre donc, et tout le reste aussi, mais nous en reparlerons à mon retour de vacances, car il est venu pour moi le moment de prendre un peu de repos et nous nous retrouvons donc le 27 août.

tableaux20180803