Forte croissance de l’emploi aux USA

Posté le 4 juin 2018
Businesswoman hand touching job search on search bar over blur background, business and technology concept, search engine optimization, web banner

Businesswoman hand touching job search on search bar over blur background, business and technology concept, search engine optimization, web banner

Les chiffres du chômage aux Etats-Unis se sont révélés être excellents avec un taux de chômage qui est tombé à son niveau le plus bas depuis 18 ans.

Chiffres du chômage

Comme l’illustre le graphique, le taux de chômage est tombé à 3.8%, ce qui a immédiatement renforcé le scénario d’encore trois hausses de taux cette année de la part de la FED.

graphe20180604

Surtout que les créations d’emploi ont dépassé les espérances avec un chiffre de 233.000, surpassant d’ailleurs aussi le chiffre des mois précédents. Et que le salaire horaire moyen a progressé de 0.3% contre 0.1% le mois passé, soit un taux annuel de 2.7% contre 2.6%.

Ces chiffres confirment l’excellente santé de l’économie américaine que seules les tensions commerciales viennent gâcher et qui continuent d’empoisonner les relations avec ses partenaires commerciaux.

Et le G7 a d’ailleurs mis en évidence l’isolement des Etats-Unis qui ont dû faire face à une opposition unanime de ses partenaires. Mais il y a peu de chance que Trump fasse marche arrière et qu’il accepte des compromis, ce qui devrait continuer de peser sur le moral des investisseurs.

Accalmie de courte durée

La livre turque est de nouveau repartie à la baisse face au dollar comme le montre le graphique alors que les investisseurs s’étaient montrés rassurés et que les capitaux revenaient.

graphe20180604a

La fermeté de la réaction de la banque centrale et les propos de son gouverneur avaient en effet permis à la livre turque de souffler un peu. Mais l’annonce par Fitch qu’il plaçait 25 banques turques sous surveillance, et celle de Moody’s qui annonçait qu’il mettait la note sous surveillance en vue de son déclassement ont relancé de plus belles les spéculations.

Poursuite du reflux

Le prix du baril de pétrole continue de refluer et devrait poursuivre sur cette tendance avec la conjonction d’une hausse probable de la production de la part de l’OPEP et d’une poursuite de l’ouverture de nouveaux puits de pétrole de schiste aux Etats-Unis.

Il faut dire qu’au mois de mars déjà, la production de pétrole brut américain a atteint le record de 10.48 millions de barils par jour et que l’ouverture de nouveaux puits ne devrait qu’amplifier le mouvement.

Hausse des ventes

Le dollar australien profite (voir graphique par rapport au dollar américain) de la hausse plus importante que prévu des ventes de détail. Ces dernières ont progressé d’un mois à l’autre de 0.4% contre 0% le mois passé.

graphe20180604b

Même si la croissance reste ferme, on attend un taux de 0.8% au premier trimestre, soit un taux annuel de 2.7%, les salaires ne suivent pas et donc ne portent pas le pouvoir d’achat des ménages.

La conjonction de cette hausse modérée des salaires, de la hausse du prix de l’essence et du ralentissement du marché immobilier fait craindre que cette augmentation des ventes de détail soit limitée. La banque centrale qui laisse son taux inchangé depuis août 2016 ne devrait pas modifier ce dernier cette année dans ce contexte.

tableaux20180604

 


Vous souhaitez me poser une question ?