Tensions possibles sur le marché de l’emploi us

Posté le 9 avril 2018

Shoes of people doing a line in a casting for a catwalk - Barcelona

Décidément, les marchés financiers n’avaient pas besoin de cela en plus.

Alors que les tensions commerciales demeurent vives, et c’est un euphémisme, Powell a souligné qu’il voyait de nouvelles hausses progressives des taux.

Si ces propos ne remettent nullement en cause le scénario d’encore deux hausses de taux cette année, ils renforcent les anticipations de hausses de taux l’année prochaine.

Ces propos sont aussi intervenus juste après la publication des chiffres du chômage, alors que Powell estimait que c’est justement le marché du travail qui pourrait alimenter et stimuler la hausse des prix.

Chiffres du chômage

Même si les chiffres n’ont pas été à la hauteur des attentes, ils ont quand même confirmé que le marché de l’emploi était ferme.

Le taux de chômage est resté finalement inchangé à 4.1 %, alors que le taux d’emploi reculait légèrement à 62.9 % contre 63 %.

Mais la déception est venue des créations d’emploi qui n’ont été que de 103.000 contre 326.000 le mois passé. Cependant, sur le premier trimestre, la moyenne a été de 202.000 créations, ce qui est largement suffisant quand on sait que l’économie américaine doit créer 100.000 emplois par mois pour absorber les personnes en âge de travailler qui arrivent sur le marché de l’emploi.

Malgré ce bilan en demi-teinte, l’élément qui est ressorti est la hausse de 0.3 % du salaire horaire moyen d’un mois à l’autre, soit une hausse annuelle de 2.7 % contre 2.6 %. Et c’est là que les propos de Powell prennent tous leurs sens. Mais comme le scénario pour 2018 n’est en rien modifié, si la bourse américaine n’a pas apprécié de se voir rappeler que les taux allaient monter, le marché obligataire est resté de marbre.

Volatilité

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ont exacerbé la volatilité sur les matières premières agricoles qui n’avaient vraiment pas besoin de cela.

C’est en particulier le cas du soja qui est directement concerné par les hausses des tarifs douaniers chinois. Conséquence, la hausse des prix du soja américain s’est finalement répercutée sur le soja brésilien (voir graphique) avec comme conséquence que finalement le soja américain a trouvé preneur sur le marché américain, car il est devenu plus compétitif. On assiste donc à un réalignement et bouleversement du commerce mondial à cause de cette guerre commerciale et cela ne pourrait être qu’un début.

graphe20180409

Plus une valeur refuge

De nouveau, le dollar ne sert plus de valeur refuge alors que les tensions sont vives entre Israël et les Palestiniens, que la Syrie est de nouveau accusée d’avoir mené , dans l’indifférence générale, une attaque chimique sur des zones contrôlées par les opposants, que ce matin des missiles ont été tirés sur une base militaire syrienne et que la Turquie s’installe sur le territoire syrien.

Par contre, la livre turque continue sa folle dévaluation comme le montre le graphique de la parité en EUR/TRY.

graphe20180409a

tableaux20180409