De moins en moins de taux négatifs

Posté le 30 janvier 2018
misty dawn in the national park deer streams

misty dawn in the national park deer streams

Les rendements obligataires commencent tout doucement à émerger des pénombres de la zone négative.

Hausse des taux

Si le rendement du bund 7 ans a déjà allègrement franchi le cap, voir graphique, le 5 ans est tout proche de passer en territoire positif.

graphe20180130

Par contre, sur la partie courte de la courbe, le mouvement est plus limité vu le niveau des taux de la BCE et surtout son intention, clairement rappelée jeudi par Mario Draghi, de laisser ses taux inchangés pour encore une longue période.

Mais pour autant, le mouvement de hausse des taux est entamé depuis le début de cette année, et le processus s’accélère compte tenu de l’ampleur de la reprise et des changements de politique de la part de la BCE.

Et les chiffres de croissance pour les pays de la zone euro devraient encore renforcer la tendance.

En effet, pour l’Espagne on table sur un taux de 0.70 %, soit un taux annuel de 3.10 %, et pour la zone euro, un taux de 0.60 %, soit un taux annuel de 2.70 %.

En France, l’INSEE a publié ce matin le chiffre au quatrième trimestre qui s’est élevé à 0.6 %, soit une croissance pour l’ensemble de l’année 2017 de 1.9 % contre 1.1 % en 2016.

Et la Belgique ?

La BNB a publié hier le chiffre de croissance au quatrième trimestre qui s’est élevé à 0.50 %, soit pour l’ensemble de l’année une croissance de 1.7 %.

Sur base des prévisions, voir le graphique, la tendance devrait se maintenir pour l’année 2018, mais nous restons quand même cependant en deçà de la moyenne européenne.

graphe20180130a

Marché de l’emploi qui se tend

La hausse des taux observée un peu partout pourrait s’étendre au Japon vu les pressions auxquelles on pourrait assister sur les salaires.

Le taux de chômage a certes légèrement augmenté à 2.8 % contre 2.7 %, mais reste à des niveaux historiquement bas. Mais surtout, le taux de participation continue d’augmenter, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, ce qui reflète un marché de l’emploi proche de son niveau de plein emploi.

La conséquence de cette évolution est que les salaires pourraient alors augmenter et donc soutenir la consommation intérieure. Les ventes de détail ont d’ailleurs progressé de 3.6 % en décembre, preuve que cette consommation repart à la hausse.

Hausse des salaires nécessaire aux États-Unis

Si les dépenses de consommation des ménages américains ont progressé de 0.4 % en décembre, en revanche, l’épargne des ménages a fortement reculé.

Sur l’ensemble de l’année 2017, cette épargne a reculé de -3.7 % contre une hausse de 4.9 % en 2016 et se situe à son niveau le plus bas depuis 10 ans, soit juste avant le basculement dans la récession en 2007.

Il faut donc que les salaires augmentent dans les prochains mois pour que la consommation intérieure continue de tirer la croissance. L’impact de la réforme fiscale, si elle se répercute aux salaires, pourrait donc se révéler important et éviter un ralentissement de la consommation.

tableaux20180130


Vous souhaitez me poser une question ?