Une nouvelle ère pour les taux ?

Posté le 12 janvier 2018
arrow of crowds

arrow of crowds

Décidément, cette année commence en force sur les taux d’intérêt avec une volatilité marquée.

Après les taux us

Alors que jusqu’à présent les taux européens avaient limité leur mouvement de hausse, le mouvement s’est répercuté à ces derniers comme l’illustre le graphique.

graphe20180112

Les minutes de la dernière réunion de la BCE ont montré qu’elle envisageait de modifier sa politique de communication pour tenir compte de l’amélioration du contexte économique.

On peut lire en effet que « le libellé, qui porte sur divers aspects de l’orientation de la politique monétaire et des orientations prospectives, pourrait être revu au début de l’année. L’opinion était largement partagée que la communication devrait évoluer graduellement, sans un changement dans le séquencement ».

On pourrait donc assister à un changement dans le message distillé par Mario Draghi en vue de préparer les marchés à la fin du programme d’assouplissement quantitatif en septembre 2018.

C’est après la publication de ces minutes que les taux se sont tendus et que l’euro est repassé largement au-dessus des 1.20 par rapport au dollar.

Ce changement va fortement agréer les Allemands qui voient plutôt d’un mauvais œil le maintien de ce programme de rachat en regard à l’évolution de leur économie.

Même si le taux de croissance est finalement ressorti un peu en deçà des attentes, la croissance pour 2017 s’élève pour l’Allemagne à 2.2 %, soit son taux le plus élevé depuis 2011.

L’évolution de la production dans la zone euro se consolide également et après une hausse de 0.4 % en octobre, elle a progressé de 1 % au mois de novembre.

Sur un an, la hausse a été de 3.2 % et le trend est clairement orienté à la hausse comme le montre le graphique d’Eurostat. Et sans surprise les plus fortes hausses ont été observées en Slovénie (+9.9 %), en Roumanie (+9.3 %) et en République tchèque (+8.5 %).

graphe20180112a

Seul bémol, à cette heure matinale les discussions entre la CDU et le SPD ne semblent pas avoir abouti et les blocages seraient encore nombreux.

Downgrade

S&P a décidé d’abaisser le rating du Brésil à BB- contre BB vu le contexte politique et les risques que vont peser les élections présidentielles en octobre.

Cette décision n’a rien de très surprenant et elle s’aligne avec celle des autres agences de rating à savoir le Ba2 pour Moody’s et le BB pour Fitch.

Petit ralentissement

Les importations sur un an n’ont progressé que de 4.5 % en Chine en décembre contre un taux de 17.7 % le mois précédent.

Par contre, les exportations sont restées solides avec une hausse annuelle de 10.9 % contre 12.3 % ce qui a entrainé une hausse du surplus commercial le plus élevé depuis janvier 2016.

Cependant, sur l’ensemble de l’année, les exportations n’ont augmenté que de 7.9 %, soit le taux le plus bas depuis 2013, alors que les importations ont progressé de 15.9 %, soit le taux le plus élevé depuis 2011.

Inflation ou pas aux États-Unis ?

Après le recul un peu inattendu du PPI, le CPI aux États-Unis est attendu stable à 1.70 % pour l’inflation de base et en léger recul à 2.10 % contre 2.20 % pour l’inflation générale.

Les prix à la production ont en effet reculé de -0.1 % en décembre, soit un taux annuel qui est passé de 3.1 % à 2.6 %. Ce recul est imputable à une baisse des prix dans les services et ce recul mensuel est le premier depuis août 2016.

tableaux20180112