Attention à la hausse des taux

Posté le 10 janvier 2018
Business chart with glowing arrows and world map

Business chart with glowing arrows and world map

Il n’a pas fallu attendre très longtemps avant de reparler de l’évolution des taux aux États-Unis.

Hausse du treasury 10 ans

Il a suffi que la BOJ annonce qu’elle réduisait ses achats d’obligations à maturité à 10 ans et 25 ans pour que les spéculations aient bon train sur un changement de politique.

Non seulement ce n’est pas la première fois que la BOJ réduit ses achats en l’absence d’une profondeur suffisante du marché obligataire, mais d’autre part, elle n’a nullement manifesté son intention de réduire son programme de rachat.

La conséquence de cette spéculation a été une remontée des rendements des obligations japonaises, mais surtout dans son sillage une hausse des rendements des treasury.

Comme le montre le graphique, courbe en orange, le rendement du treasury 10 ans est passé de 2.49 % à 2.56 % d’un jour à l’autre. Et il est intéressant d’observer que le rendement de l’obligation canadienne à 10 ans (ligne bleue) connait le même mouvement de hausse, en accéléré même.

graphe20180110

Il faut dire que la BOC pourrait bien suivre la FED dans son processus de normalisation des taux et qu’elle pourrait même agir plus vite que cette dernière. Voir les commentaires de mon collègue de la salle des marchés de KBC à ce propos. https://multimediafiles.kbcgroup.eu/ng/published/KBC/PDF/MARKTENZAAL/marktenzaal_pdf_dagelijks_marktrapport_FR.pdf

Mais la FED et la BOC ne sont pas les seules à prévoir des hausses de taux, la banque centrale du Mexique devrait aussi suivre la tendance.

Et cette hausse pourrait intervenir avant celle de la FED vu l’évolution de l’inflation au Mexique. Cette dernière continue en effet à progresser et est passée de 6.63 % à 6.77 %.

Comme le montre le graphique, il s’agit du taux le plus élevé depuis 2001, et une hausse de 0.25 % du taux lors de la réunion du 8 février prochain est quasi acquise.

graphe20180110a

Recul des prix à la production

Les mesures antipollution décidées par les autorités chinoises, et prises bien avant la visite de Macron d’ailleurs, ont pesé sur l’activité et également sur l’évolution des prix.

Ainsi, les prix à la production, sur un an, ont progressé de 4.9 % contre 5.8 % en novembre. Mais pour l’année 2017, les prix à la production affichent une hausse de 6.3 %, ce qui met fin à une série de cinq années successives de baisse des prix.

Par contre, le CPI a augmenté et est passé de 1.7 % à 1.8 %, ce qui pour l’ensemble de l’année 2017 donne un taux d’inflation de 1.6 %. Nous sommes donc largement en dessous de l’objectif de 3 % de la banque centrale ce qui lui permettra de maintenir sa politique monétaire inchangée.

Chômage en recul

Les indicateurs pour la zone euro continuent de s’avérer excellents et encourageants. Si la confiance caracole à des niveaux historiques, c’est aussi parce que le marché de l’emploi s’améliore nettement.

Pour la zone euro, le taux de chômage est passé de 8.8 % à 8.7 %, soit son niveau le plus faible depuis janvier 2009.

Même si les disparités restent encore grandes, comme le montre le graphique publié par Eurostat, la tendance à la baisse est générale. Et les baisses les plus importantes ont été observées dans les pays où les taux sont le plus élevés.

graphe20180110b

Ainsi, en Grèce, le taux de chômage est passé de 23.2 % à 20.5 %, au Portugal de 10.5 % à 8.2 %, en Croatie de 12.5 % à 10.4 % et à Chypre de 13.1 % à 11 %.

Quand on observe le graphique de l’évolution du taux, on constate que nous ne sommes cependant pas encore revenus au niveau de 2007, mais que nous sommes passés largement en dessous du niveau des années 2000.

graphe20180110c

tableaux20180110