L’euro se démarque de nouveau

Posté le 15 novembre 2017
Euro, dollar , pound and yen signs. Ñurrency exchange concept. 3d

Euro, dollar , pound and yen signs. Ñurrency exchange concept. 3d

La pression sur le sterling s’est accentuée et on frôle les 0.90 par rapport à l’euro à cause de la situation en Grande-Bretagne, mais aussi suite à la hausse de l’euro.

Inflation stable

Finalement, l’inflation en Grande-Bretagne est restée stable à 3 % et l’inflation de base également stable à 2.7 %. Ce niveau de 3 % est donc finalement moins pire qu’escompté et surtout en deçà des prévisions de 3.2 % de la BOE.

Certes, ce niveau demeure excessif, mais une stabilisation de l’inflation laisse un répit à la BOE et conforte le scénario d’un statu quo monétaire pour les prochains mois. Ce qui explique le recul du sterling.

Excellents chiffres en Allemagne

Mais le sterling a aussi souffert de la fermeté de l’euro, euro qui s’est envolé par rapport à toutes les devises, dont la couronne suédoise, mais je vais y revenir après, et par rapport au dollar avec un niveau proche de 1.18.

Cette hausse de l’euro est intervenue après la révision du chiffre du PIB en Allemagne pour le troisième trimestre. Ce chiffre a été revu à la hausse à 0.8 % contre 0.6 %, soit un taux annuel de 2.8 % contre 2.3 %.

Cette révision porte le taux de croissance annuel à son niveau le plus élevé depuis 2014 et montre une économie allemande soutenue par les investissements en équipement et les exportations. Cette hausse des investissements devrait apporter un soutien à la croissance pour le dernier trimestre aussi et la croissance pour 2017 pourrait dès lors dépasser les 2 %.

Recul de l’inflation

L’euro s’est sensiblement renforcé par rapport aux principales devises et en particulier par rapport à la couronne suédoise comme le montre le graphique.

graphe20171115

Cette chute de la couronne suédoise s’explique par la publication d’un recul de l’inflation. Cette dernière a baissé de -0.1 % d’un mois à l’autre et se situe à 1.8 % contre 2 % précédemment.

Ce recul de l’inflation a reporté les anticipations de hausse de taux qui étaient estimés à la mi-2018 plutôt à la fin de l’année 2018.

C’est pour cette raison que la couronne suédoise affiche une chute quand même assez sévère par rapport à l’euro.

Recul du dollar

Mais quelque part aussi, le dollar a reculé par rapport à l’euro. Il a reculé suite aux incertitudes de plus en plus grandes concernant la possibilité d’un accord avant la fin de l’année sur une réforme fiscale aux États-Unis.

Mais il a aussi reculé parce que le chiffre d’inflation publié aujourd’hui devrait confirmer la stabilisation de cette dernière à 1.7 %. Cela confirmerait qu’en dépit de la croissance, l’inflation ne progresse toujours pas et reste en deçà de l’objectif de la FED.

Et cela malgré une hausse de 0.4 % des prix à la production, soit un taux annuel qui est passé de 2.6 % à 2.8 %.

Le dollar a aussi été affecté par une réduction du différentiel de taux entre le bund et le treasury alors que la hausse des taux de la part de la FED en décembre est déjà totalement intégrée.

Faillite du Venezuela

S&P a déclaré en « selective defaut » le Venezuela après que ce dernier n’ait pas honoré, après un délai de 30 jours, un engagement de 200 millions de dollars.

S&P estime qu’il a une chance sur deux de tomber en faillite dans les prochains mois. Fitch a procédé de même et les deux agences ont également dégradé le rating de la compagnie pétrolière d’État PDVSA.

Le président Maduro va tenter de tout faire pour honorer ses engagements, mais vu l’état du pays, comme le montre le graphique, qui dépend fortement du prix du baril, ses chances sont minces.

graphe20171115a

 

tableaux20171115