Super Mario ne déçoit pas !

Posté le 26 octobre 2017
Euro sign at European Central Bank headquarters in Frankfurt, Germany with dark dramatic clouds symbolizing a financial crisis

Euro sign at European Central Bank headquarters in Frankfurt, Germany with dark dramatic clouds symbolizing a financial crisis

Tous les regards vont être tournés vers la réunion de la BCE dans l’attente de l’annonce d’un changement de politique.

Décisions de la BCE

Mario Draghi ne peut évidemment pas décevoir les marchés, soit en se montrant trop offensif (car le problème de la hausse de l’endettement représente un vrai risque comme l’a souligné mon collègue https://multimediafiles.kbcgroup.eu/ng/published/WP/PDF/marktenzaal_pdf_dagelijks_marktrapport_FR.pdf), soit en étant trop timoré dans le changement.

C’est donc un véritable exercice d’équilibriste qui l’attend dans un contexte économique particulièrement favorable et, malgré tout, des anticipations d’inflation légèrement en hausse comme le montre le graphique.

graphe20171026

Le consensus du marché est que la BCE va garder sa politique monétaire accommodante, à savoir laisser son taux directeur inchangé à 0 % et cela tout au long de l’année 2018.

Elle va également prolonger son programme de rachat d’actifs qui prend fin en décembre 2017, programme qui est actuellement de 60 milliards d’euros. Mais ce montant va être très probablement réduit à 30 milliards d’euros et devrait encore courir pour une période de 9 mois.

Reste la question très délicate des critères d’achat des obligations d’État qui actuellement est établi sur base du poids respectif des pays dans le capital de la BCE. Comme la BCE est confrontée à des problèmes de liquidité pour certains pays, il n’est nullement exclu qu’elle revoie ces critères.

Le marché a déjà dans les faits acté ces changements avec un euro légèrement à la hausse, mais je ne peux vraiment pas exclure de voir le marché appliquer l’adage « acheter sur la rumeur et vendre sur le fait ».

Des faits justement

La BOC a bien laissé ses taux inchangés comme prévu et le gouverneur a estimé que le Canada se trouvait actuellement avec une économie qui était à « a sweet spot », soit idéalement positionnée.

La banque centrale du Brésil n’a pas déçu en annonçant une baisse de 0.75 % de son taux directeur qui se situe à 7.50 %.

Et elle laisse clairement encore la porte ouverte à une nouvelle baisse de son taux en décembre de probablement 0.50 %, avec encore des possibilités au début de l’année prochaine de baisse. Le passage sous les 7 % est évidemment un cap important et il faudra pour cela que l’inflation soit confirmée largement en dessous de l’objectif des 4.5 % de la banque centrale.

Le feuilleton de la FED

Comme un feuilleton, la question de la présidence de la FED connait chaque jour un rebondissement. Le dernier en date est le fait que Trump a besoin de Gary Cohn, le conseiller économique, pour mener à bien la réforme fiscale. Donc exit Cohn comme candidat potentiel. Et comme en même temps, Trump a exprimé le souhait de voir un changement à la tête de la FED, les chances de Yellen s’éloignent fortement.

Mais un tandem Powell/Taylor ce serait un peu comme mélanger l’eau et le feu et pourrait entrainer des tensions sur le marché obligataire.

Croissance robuste

La croissance au troisième trimestre en Corée du Sud s’est inscrite à son niveau le plus élevé depuis 7 ans à 1.4 % contre 0.6 %.

Cela signifie une croissance annualisée de 3.6 % contre 2.7 % ce qui relance les perspectives d’une hausse des taux de 0.25 % lors de la prochaine réunion de la banque centrale fin novembre.

tableaux20171026