Le commerce mondial se reprend sérieusement

Posté le 13 octobre 2017
Container ship berthing

Container ship berthing

Les Cassandres attendent et cherchent désespérément la mauvaise nouvelle qui viendrait remettre en cause la dynamique positive que l’on observe sur le front économique.

Indicateurs positifs en Chine

Même pour la Chine, les indicateurs se révèlent meilleurs que prévu et les derniers publiés éloignent presque le scénario d’un ralentissement en douceur de l’économie.

En effet, les importations affichent une hausse de 18.7% en chiffres annuels contre un taux de 13.3% en août. Ces importations sont liées à une forte demande du secteur de la construction ainsi que pour le cuivre et l’acier.

Comme le montre le graphique, la tendance est nettement à la hausse aussi bien pour les importations que les exportations, exportations qui affichent une hausse de 8.1% sur un an contre 5.5% en août.

graphe20171013

L’économie chinoise fait donc preuve plus que de résilience après le creux observé de mi-2015 à mi-2016, et on pourrait même dire d’un net dynamisme.

Hausse de la production

Sur un mois, comme le montre le graphique, la production industrielle a augmenté de 1.4%, soit sur un an une progression de 3.8% pour la zone euro.

graphe20171013a

Ce chiffre vient corroborer les indicateurs de confiance PMI et vient consolider encore un peu plus la croissance en zone euro.

Et sans surprise, car j’en ai déjà fait référence, la production industrielle a connu sa plus forte hausse en république tchèque avec un taux de 14.3%.

Ah si une mauvaise nouvelle

Il y a bien un indicateur très décevant qui a été publié hier, mais qui ne fait que confirmer la détérioration implacable de la situation économique en Grande-Bretagne.

Comme le montre le graphique, les prêts à la consommation en Grande-Bretagne ont chuté et s’approchent de leur niveau de 2008, soit au pire moment de la crise financière qui va balayer les économies et provoquer un cataclysme dont nous nous relevons seulement maintenant.

graphe20171013b

Cette chute est liée à la baisse des salaires réels dont les causes sont la forte hausse de l’inflation et l’érosion des revenus immobiliers, faisant suite au ralentissement du marché immobilier.

Effet des ouragans

La hausse du prix de l’essence consécutive à l’effet des ouragans explique la hausse de 2.6% des prix à la production aux Etats-Unis. Ces derniers s’affichent ainsi à leur niveau le plus élevé depuis février 2012, mais l’indice sans l’effet de l’énergie affiche une hausse plus modeste de 2.1% contre 1.9%.

Mais dans le contexte actuel d’interrogation sur la faiblesse de l’inflation ce chiffre a rassuré les sceptiques sur les intentions de la FED en décembre.

La publication du taux d’inflation cet après-midi ne devrait pas montrer une autre tendance puisque le taux d’inflation de base est attendu à 1.8% contre 1.7%. Mais pour autant une normalisation des taux est indispensable et la FED ne dérogera pas à ses obligations malgré les doutes qui ont pu l’assaillir encore une fois cette année.

 

CBC Banque est exceptionnellement fermée ce vendredi après-midi. Nous restons accessibles via nos applications, notre site et nos self bank. En cas d’extrême d’urgence, merci de contacter CBC Live au 0800/920.20.  

tableaux20171013