De diablement bonnes perspectives !

Posté le 11 octobre 2017
View on the night Earth with city lights. Australia and Oceania region. Elements of this image furnished by NASA. 3d illustration

View on the night Earth with city lights. Australia and Oceania region. Elements of this image furnished by NASA. 3d illustration

Nouvelle révision à la hausse des perspectives de croissance pour cette année et pour 2018.

Reprise qui s’affermit

« La reprise cyclique de l’économie mondiale qui a commencé au milieu de 2016 continue de s’affermir. Il y a un an et demi seulement, la croissance était en panne et des turbulences secouaient les marchés financiers. Aujourd’hui, le tableau est bien différent, avec une accélération de la croissance en Europe, au Japon, en Chine et aux États-Unis ». Voilà comment le FMI commence son rapport sur les perspectives économiques.

Quel chemin parcouru en si peu de temps, quel changement de climat en quelques mois seulement.

Et comme le montre le tableau, pratiquement toutes les régions ont vu leurs prévisions revues à la hausse, à l’exception de trois pays.

graphe20171011

Dans les trois cas, c’est surtout des facteurs politiques qui expliquent ces révisions à la baisse.

Même s’il n’est pas question de révision à la baisse, pour autant les perspectives pour la Grande-Bretagne, revues à la baisse en juillet, sont restées stables, mais demeurent incertaines. Le FMI s’inquiète de la suite qui dépendra des nouvelles relations économiques avec l’UE. Or, les discussions s’enlisent et le nouveau round de négociations qui s’est ouvert cette semaine donne le sentiment que le fossé se creuse.

Cette décision politique du Brexit démontre bien que le monde politique a menti sur les conséquences économiques et encore elles ne sont pas encore totalement cernées. C’est probablement pour cette raison, et vu les premières conséquences économiques, que Puigdemont a fait une courbe rentrante en déclarant et suspendant en même temps l’indépendance de la Catalogne.

Pour l’Inde, la révision à la baisse est conséquente et est toujours la suite de la décision de démonétisation des billets de 500 et 1.000 roupies au mois de novembre de l’année passée. Cette décision, combinée au lancement d’une taxe nationale sur les biens et les services, devrait à terme avoir un effet positif, mais qui demandera du temps. Décision politique courageuse, mais très mal préparée qui a plongé le pays dans le chaos à la fin de l’année 2016.

Et c’est l’incertitude politique qui explique la révision à la baisse de la croissance pour l’Afrique du Sud, alors que le président est accusé de corruption et de manipulation.

Malgré ce tableau encourageant, il n’est pas pour autant idyllique et le FMI pointe trois interrogations :

  • La faiblesse de l’inflation qui vient en partie de la faible croissance des salaires
  • Si la croissance profite à 75 % des pays de la planète, 25 % en sont exclus dont essentiellement les pays producteurs de matières premières et d’énergie
  • Les perspectives de croissance par habitant sont plus faibles à cause du recul de la productivité et du vieillissement de la population.

Confirmation

Ces perspectives plus qu’encourageantes sont confirmées dans les faits avec d’abord bien évidemment un énorme ouf de soulagement après la décision de suspendre le processus d’indépendance de la Catalogne, décision qui a entrainé une petite hausse de l’euro.

Ensuite, par l’annonce d’une hausse de 3.2 % des exportations allemandes au mois d’août nullement affectées par la hausse de l’euro. Il s’agit même du meilleur chiffre depuis 12 mois qui propulse le surplus commercial à 21.6 milliards d’euros contre 19.3 milliards le mois passé.

Mais également un bond de 3.4 % des commandes de machines au mois d’août au Japon. Et avec en particulier une hausse de 16.1 % dans le secteur manufacturier, ce qui souligne bien la consistance de la reprise au Japon aussi.

tableaux20171011