L’ouragan Brexit fait des dégâts

Posté le 11 septembre 2017
Brexit or british exit on airport sign board with blurred background. Brexit concept.

Brexit or british exit on airport sign board with blurred background. Brexit concept.

C’est de saison, mais manifestement l’économie britannique prend l’eau de toute part.

Signes inquiétants

Même la chute du sterling qui avait apporté un gain de compétitivité à l’exportation ne fait plus recette.

Comme le montre le graphique, les exportations en volume ont fortement reculé malgré la baisse du sterling. Et si les exportations à destination de l’UE ont augmenté, en revanche, elles ont reculé vers le reste du monde.

graphe20170911

La hausse de l’inflation concomitante à la baisse du sterling continue de peser sur la consommation et le mouvement de hausse n’est pas encore terminé. En effet, demain sera publié le taux d’inflation qui est attendu à 2.8 % contre 2.6 %, approchant le seuil des 3 % qu’avait prévu la BOE pour le mois d’octobre.

Même si la hausse des taux est sans doute prématurée, la réunion ce jeudi de la BOE risque d’être tendue, car des divergences sur un resserrement commencent à faire ressentir.

Si la production industrielle a réussi à se maintenir avec une hausse de 0.2 % d’un mois à l’autre, par contre, le secteur de la construction a reculé de -0.4 % sur un mois, soit un taux annuel de -0.9 % contre -0.1 %.

La croissance devrait rester à 0.3 % au troisième trimestre, soit la moitié de celle de la zone euro, mais une hausse des taux prématurée de la part de la BOE pourrait encore réduire cette prévision.

Fermeté de l’euro

Mario Draghi n’a pas vraiment réussi à empêcher l’euro de rester ferme, il a réussi seulement à contenir son mouvement de hausse.

Il faut dire aussi que le dollar reste sous pression, car la succession des ouragans a éclipsé temporairement le dossier de la Corée du Nord, mais le risque demeure toujours présent.

L’absence de mesures économiques de la part de l’administration Trump pèse également sur le dollar.

Les dégâts provoqués par les ouragans sont pour le moment difficilement chiffrables (le montant de 290 milliards est pour le moment avancé), mais ils risquent fort d’augmenter temporairement le chômage et peser sur la consommation, ce qui pourrait aussi peser sur le dollar.

tableaux20170911