Nouveaux doutes sur les intentions de la FED

Posté le 6 septembre 2017
Word Inflation on up trend arrow, with financial data visible on the background.

Word Inflation on up trend arrow, with financial data visible on the background.

Après le Brésil, l’Afrique du Sud est en passe de sortir de la récession.

Croissance au deuxième trimestre

Comme le montre le graphique, la croissance au deuxième trimestre s’est affichée à 2.5 % contre -0.7 % au trimestre précédent.

graphe20170906

Cette reprise a été soutenue par le secteur minier, qui a bénéficié de la hausse des prix des matières premières, ainsi que par le secteur manufacturier.

A l’exception de l’Inde, les pays du BRICS, même si cet acronyme ne recouvre plus grand chose, connaissent une embellie cette année avec d’ailleurs une hausse de leurs bourses.

Ces pays n’ont finalement pas été trop impactés par la hausse des taux de la FED car cette hausse reste modeste et graduelle et sans à-coup. Et manifestement cette politique devrait rester de mise selon les derniers propos de membres de la FED, qui s’interrogent toujours sur la faiblesse de l’inflation.

Ainsi Lael Brainard a déclaré « nous devrions être prudents au sujet de la poursuite du resserrement monétaire jusqu’à ce que nous soyons certains que l’inflation est en passe d’atteindre son objectif ».

Et son collègue, Neel Kashkari a renchéri en déclarant « il est fort possible que nos relèvements de taux des 18 derniers mois débouchent sur une croissance de l’emploi plus lente, laissant davantage de personnes sur le bord de la route, ce qui donne une croissance plus limitée des salaires, ainsi qu’une inflation et des anticipations d’inflation plus faibles ».

Ce n’est pas sans raison que lundi j’intitulais mon billet « le plein emploi aux USA est un leurre » et le chiffre du chômage ne reflète absolument pas l’état du marché de l’emploi.

Résultat, combiné au contexte géopolitique, ces propos ont entrainé une baisse des taux longs aux États-Unis avec un rendement du treasury 10 ans qui est passé en dessous des 2.10 % comme le montre le graphique.

graphe20170906a

Recul de la croissance

Forte déception en Suisse avec la publication d’un taux de croissance au deuxième trimestre le plus faible depuis 2009 comme le montre le graphique.

graphe20170906b

Après un taux de 0.6 %, la croissance au deuxième trimestre s’est inscrite à seulement 0.3 % impactée négativement par un recul des dépenses publiques et le commerce international.

Et pourtant, la Banque Nationale suisse a tenté d’affaiblir le franc suisse ces derniers temps en profitant du mouvement de hausse de l’euro pour accentuer la tendance comme le montre le graphique.

graphe20170906c

Divergences UE-Grande-Bretagne

Il n’y a pas que dans le cadre des discussions sur le Brexit que l’on observe des divergences, mais également au niveau économique.

Deux exemples pour illustrer mon propos.

Pour l’Europe occidentale, les ventes de voitures ont progressé de 6.8 % par rapport au niveau de juillet 2016. Pour la même période, les ventes de voitures en Grande-Bretagne ont chuté de -6.4 %.

Si on observe le graphique qui reprend, d’une part, l’indice PMI des services en Grande-Bretagne, et, d’autre part, celui dans la zone euro on doit constater deux choses.

graphe20170906d

D’une part, alors que l’indice en Grande-Bretagne était largement au-dessus de la zone euro avant le référendum, la situation s’est inversée.

D’autre part, même si celui la zone euro est en recul ces deux derniers mois, il n’en demeure pas moins à des niveaux élevés qui confirme une croissance qui devrait être de 0.6 % au troisième trimestre. Alors que le même indice en Grande-Bretagne confirme que la croissance devrait continuer de se trainer autour des 0.3 % au troisième trimestre.

tableaux20170906