La FED demeure élusive

Posté le 27 juillet 2017
Building icon with inscription "Fed" with financial data visible in the background.

Building icon with inscription « Fed » with financial data visible in the background.

Le message de la FED, après sa réunion et l’annonce du statu quo, est relativement ambigu et fait planer le doute.

Message de la FED

D’une part, la FED annonce qu’elle compte mettre assez vite en place le programme de normalisation de son bilan, c’est-à-dire réduire la taille de ce bilan qui avoisine les 4.500 milliards de dollars.

Cela signifie qu’elle devrait commencer à retirer des liquidités dans le marché, très probablement à partir du mois de septembre, ce qui équivaut à resserrer les conditions monétaires.

Cette décision est pleinement justifiée par la croissance de l’économie américaine et par un marché de l’emploi qui est solide.

Mais d’autre part, la FED s’inquiète un peu du ralentissement observé ces derniers temps de l’inflation, ce qui donne le sentiment que la hausse des taux attendue pour décembre devient nettement moins probable. D’ailleurs, la probabilité d’une hausse de taux en décembre est passée de 50 % à 38 % après l’annonce.

Résultat de ce message ambigu, la bourse américaine a terminé sur un nouveau record profitant de la poursuite de la publication de résultats encourageants, du sentiment que l’économie se porte bien, mais que la hausse des taux sera très lente.

Par contre, le dollar lui a été plutôt affecté par cette crainte de la FED sur la faiblesse de l’inflation et il a accentué son repli par rapport à l’euro. Avec un niveau de 1.1740, comme le montre le graphique, il faut remonter à janvier 2015 pour retrouver un niveau comparable. La hausse du prix du baril pourrait aussi avoir un peu pesé sur le dollar.

graphe20170727

Croissance en berne

Il n’y a pas que le dollar qui est sous pression, le sterling l’est également avec un niveau de 0.8930 par rapport à l’euro.

La croissance au deuxième trimestre a été conforme aux attentes avec un taux de 0.3 %, soit une croissance annuelle de 1.7 % contre 2.%.

Il ressort de ces chiffres que c’est le secteur des services qui a soutenu à lui seul cette croissance, l’industrie et le secteur de la construction affichant un recul.

Il sera difficile pour la BOE, qui se réunit la semaine prochaine, d’envisager le moindre changement de politique monétaire malgré le taux d’inflation qui dépasse son objectif.

Le petit synoptique publié par Reuters montre clairement les divergences qui se creusent entre la situation économique en zone euro et celle en Grande-Bretagne.

graphe20170727a

Baisse de taux

La banque centrale du Brésil a décidé de réduire une nouvelle fois son taux directeur pour le porter à 9.25 %.

Il s’agit de la septième baisse de taux depuis octobre, et la baisse a été de 100 bp. Et ce taux passe sous le seuil des 10 % pour la première fois depuis 2013.

Le mouvement devrait se poursuivre et un objectif de 8 % pour la fin de l’année semble tout à fait réaliste en tenant compte du fait que la banque centrale a révisé à la baisse ses prévisions d’inflation. Pour 2017, elle table sur un niveau de 3.6 % contre 3.8 % précédemment et pour 2018 de 4.3 % contre 4.5 %.

tableaux20170727