Indices PMI globalement stables

Posté le 3 avril 2017
yellow robots welding cars in a production line

yellow robots welding cars in a production line

Le yo-yo de l’inflation a bien été confirmé en zone euro avec un indice qui est revenu à 1.5 %.

Reflux de l’inflation

Le taux d’inflation en zone euro est revenu à 1.5 % contre 2 % en chiffres annuels, sous l’effet d’une contraction du prix de l’énergie. Alors qu’en février, l’énergie avait augmenté sur un an de 9.3 %, en mars, la hausse n’a été que de 7.3 %.

L’inflation de base, donc hors alimentation et énergie, a reculé à 0.7 % contre 0.9 %.

Il est certain donc, que les mois prochains, l’inflation en zone euro va encore reculer, car l’effet de la hausse du prix du baril va s’estomper au fil de l’année.

Le débat sur une adaptation de la politique de la BCE n’est pas clôt pour autant, mais il est encore prématuré. En attendant, le mois d’avril sera marqué par un premier changement, à savoir la réduction du programme de rachat d’actifs par la BCE qui retombe à 60 milliards d’euros tous les mois contre 80 milliards d’euros.

La BCE se réunira le 27 avril prochain, mais comme cette réunion se tiendra entre les deux tours de la présidentielle française, il ne faudra pas attendre le moindre changement de politique.

Indices de confiance

Comme tous les débuts de mois vont être publiés les indices PMI.

Au Japon, cet indice PMI manufacturier a reculé à 52.4 contre 53.3, mais par contre, l’indice Tankan pour les grandes entreprises a progressé à 12 contre 10 et celui des services à 20 contre 18. Ces indices confirment la faible reprise de l’économie nippone et sa fragilité et le soutien indispensable et indéfectible de la BOJ.

En Inde, l’indice PMI manufacturier a nettement progressé à 52.5 contre 50.7, preuve que le choc provoqué par la démonétisation en novembre commence à s’estomper. D’ailleurs, l’inflation est aussi repartie à la hausse à 3.65 % contre 3.17 % sous l’effet de la reprise de l’activité.

En Indonésie, cet indice a progressé à 50.50 contre 49.30, alors qu’en Corée du Sud, cet indice continue de se dégrader à 48.40 contre 49.20. Il faut dire que ce pays traverse une grave crise politique avec une remise en cause du modèle mis en place après la guerre. En plus, les tensions avec la Corée du Nord ne facilitent pas non plus les choses et pèsent sur le climat des affaires.

En zone euro, les indices PMI sont attendus très stables, restant donc à des niveaux très positifs. Faut-il il voir l’impact du Brexit, mais en Irlande, l’indice PMI a reculé à 53.6 contre 53.8, mais surtout 55.7 en décembre.

En Australie, l’indice PMI reste ferme à 57.5, mais en recul malgré tout par rapport au mois précédent où il se situait à 59.3. Le secteur immobilier demeure très élevé avec une hausse de 8.3 % sur un an des ventes de maisons.

La banque centrale d’Australie s’inquiète d’ailleurs de la pression sur l’immobilier avec sur un an une hausse de 18.9 % des prix de l’immobilier à Sydney et de 15.9 % à Melbourne. La politique des taux bas explique en grande partie cette hausse de l’immobilier.

Mais le recul de -0.1 % des ventes de détail contre 0.3 %, montre la fragilité de l’économie et surtout le dilemme de la banque centrale. Dans ce contexte, elle devrait opter pour un statu quo lors de sa réunion de demain.

tableaux20170403