50 nuances de Brexit au moins !

Posté le 14 mars 2017
Brexit or british exit on airport sign board with blurred background. Brexit concept.

Brexit or british exit on airport sign board with blurred background. Brexit concept.

Theresa May a, à peine, obtenu l’accord de la Chambre des Lords pour pouvoir enclencher le Brexit, qu’elle doit faire face à la perspective d’un nouveau référendum en Écosse.

Tension sur le sterling

Le sterling demeure sous pression même s’il est encore éloigné de ses plus bas de 2016 comme le montre le graphique de la parité en EUR/GBP.

graphe20170314

Theresa May va devoir louvoyer entre les conditions exigées par la Chambre des Lords, le référendum en Écosse prévu pour fin 2018 ou début 2019 et évidemment ses ex-partenaires de l’UE.

La question est maintenant de savoir quand elle va officiellement enclencher ce fameux article 50, mais la pression sur le sterling ne devrait pas faiblir dans ce contexte.

Consolidation en Chine

La situation en ce début d’année en Chine n’a strictement rien avoir avec celle de l’année passée à la même période.

La production industrielle s’affiche en hausse de 6.3 % en chiffres annualisés contre 6 % en janvier, et surtout les investissements ont progressé de 8.9 % contre 8.1 %.

Le seul petit bémol vient de la progression des ventes de détail qui n’a été que de 9.5 % en chiffres annualisés contre 10.4 % en janvier.

Ces chiffres donnent cependant le sentiment que la croissance au premier trimestre pourrait être de 7 % contre 6.8 % au quatrième trimestre de 2016.

Taux US

Les taux aux États-Unis restent orientés à la hausse dans la perspective de la réunion de la FED avec une décision attendue demain soir.

Mais comme le montre le graphique de l’évolution du rendement du treasury 2 ans sur 10 ans, nous sommes évidemment encore très loin des niveaux de taux d’avant la crise.

graphe20170314a

Le processus de normalisation va donc prendre du temps et s’étaler sur plusieurs années.

Mais clairement les indicateurs plaident pour la hausse des taux, avec entre autres, un indice des prix à la production aux États-Unis qui est attendu à 1.5 % contre 1.2 % pour l’indice hors alimentation et énergie.

Réunion de la BOJ

La BOJ se réunit également cette semaine, mais dans un contexte totalement différent. Elle va clairement laisser ses taux inchangés et malgré la remontée de l’inflation au-dessus de zéro elle va faire preuve d’une énorme circonspection.

Car la reprise est fragile comme l’a montré la chute de -3.2 % des commandes de machines après une hausse de 2.1 % en décembre. Même si c’est un indicateur fortement volatile, il démontre cependant encore toute la fragilité de la reprise.

Et surtout pour le moment, la BOJ n’observe pas d’effet d’accélération de l’inflation.

tableaux20170314


Vous souhaitez me poser une question ?