La reflation en soutien

Posté le 3 mars 2017

B18012

Même au Japon, il est aussi question de hausse de l’inflation.

Hausse de l’inflation

Mais pas dans les mêmes proportions qu’ailleurs, puisque pour la première fois depuis 1 an, voir graphique, le taux d’inflation est revenu en territoire positif à 0.1%.

graphe20170303

Il s’agit de l’inflation de base, hors alimentation et énergie, ce qui veut dire que le chemin est encore long avant d’atteindre l’objectif des 2% de la BOJ.

Mais cette bonne nouvelle, ce qui ne veut pas dire pour autant que le mouvement va s’accélérer, est ternie par l’annonce d’un recul de -1.2% des dépenses de consommation.

Ce recul prouve la fragilité de la reprise même si ces derniers mois l’économie japonaise a montré des signes encourageants. Comme l’indice PMI manufacturier qui se situe à 53.5 contre 52.7, et celui des services qui se stabilise à 51.3 contre 51.9.

Aussi en zone euro

Comme attendu, l’inflation en zone euro a continué de grimper à 2% contre 1.8%, sous l’effet de la hausse du prix du baril comme le montre le graphique. Car pour rappel, le prix du baril il y a un an se situait autour des 30$ alors que nous sommes aujourd’hui à 53$.

graphe20170303a

Car l’inflation de base en zone euro n’a pas bougé et reste cantonnée à 0.9% depuis des mois.

Cette absence de remontée de l’inflation de base va conforter la position de la BCE surtout dans le contexte d’incertitude politique que traverse la zone euro. Cette dernière ne veut surtout pas revivre la crise de la dette de 2011 et reste donc extrêmement prudente.

Car si l’on observe bien la situation, nous sommes un peu comme en 2011, avant la crise, avec des indices de confiance qui se situent au même niveau, et des perspectives favorables. Le contexte inflationniste est très différent cependant la situation actuelle est plus positive compte tenu du niveau des taux d’intérêt et du prix du baril.

Malgré ce contexte favorable, l’incertitude politique est le facteur qui pourrait venir mettre à mal ce fragile équilibre, ce qui incite la BCE à être attentiste.

Un cas différent ; le Brésil

Le Brésil est dans une situation fondamentalement différente avec une baisse marquée de l’inflation.

Ce recul de l’inflation a incité, la semaine dernière, la banque centrale à réduire de 0.75% son taux central pour le ramener à 12.25%. Et elle a clairement laissé entendre qu’elle poursuivrait son assouplissement monétaire compte tenu des perspectives d’inflation. Un objectif de 9.25% pour la fin de l’année semble tout à fait envisageable.

Il faut dire que la chute de l’inflation est impressionnante comme le montre le graphique et qu’un objectif de 4.50% fin de l’année semble tout à fait réaliste.

graphe20170303b

Cet assouplissement permet à l’économie de se reprendre comme l’a montré la hausse de l’indice PMI manufacturier qui est passé de 44 à 46.9, soit son niveau le plus élevé depuis 13 mois.

tableaux20170303