Le retour de l’euphorie sur les bourses ?

Posté le 10 février 2017
Industrial container freight Trade Port beautiful scene at sunset

Industrial container freight Trade Port beautiful scene at sunset

Si certaines banques centrales privilégient le statu quo pour éviter un renforcement de leurs devises, d’autres agissent pour éviter une dépréciation de leurs devises

Hausse de taux

Et c’est le cas de la banque centrale du Mexique qui a décidé d’augmenter de 50 bp son taux directeur pour le faire passer à 6.25 %.

Comme le montre le graphique, non seulement, il s’agit du niveau le plus élevé depuis 8 ans, mais depuis l’élection de Trump ce taux est passé de 4.75 % à 6.25 %.

graphe20170210

Cette hausse est justifiée par la hausse plus forte que prévu de l’inflation à 4.72 %, soit un niveau largement au-dessus de l’objectif de la banque centrale. Mais elle est aussi menée pour éviter une plus forte dépréciation du peso mexicain, dépréciation qui aurait comme conséquence d’augmenter l’inflation importée.

Euphorie de retour sur les bourses

Les bourses ont repris espoir suite à la combinaison de deux éléments. D’une part, l’annonce que pourrait faire Trump dans les deux ou trois prochaines semaines d’une « phenomenal » réduction des taxes, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.

La bourse américaine est repartie nettement à la hausse, mais la réaction la plus spectaculaire a été celle du Nikkei qui termine sur une hausse de 2.49 %. Il faut dire qu’en plus de l’impact positif de la hausse de la bourse américaine, il a profité de la faiblesse du yen qui est passé de 112.24 à 113.75 par rapport au dollar.

Et aussi, deuxième élément qui explique cette euphorie, grâce à d’excellents chiffres en provenance de Chine.

Les exportations chinoise affichent en effet une hausse de 7.9 % en chiffre annuel contre un recul de -6.2 % et les importations une progression de 16.7 % contre 3.1 %. Ces chiffres soulignent la fermeté du commerce international en ce début d’année et également la bonne tenue de la demande intérieure.

Ces importations ont concerné en grande partie le charbon, le pétrole et le minerai de fer, ce qui soutient évidemment les valeurs liées aux matières premières en bourse.

Par rapport aux États-Unis, les exportations chinoises ont augmenté de 6.2 % sur un an, et la Chine demeure le premier partenaire à l’importation pour les États-Unis. Comme le montre d’ailleurs le graphique reprenant les principaux partenaires commerciaux des États-Unis, chiffres arrêtés en novembre 2016.

graphe20170210a

Ce qui a aussi peut-être un peu apaisé les esprits, c’est que Trump a manifestement adopté un ton très modéré par rapport à la Chine. Il y a peut-être un peu d’espoir d’apaisement.

tableaux20170210