Le chaud et le froid

Posté le 25 janvier 2017

iStock_000045334634_Large

La banque centrale de Turquie a pris une demi-mesure car elle n’a probablement pas voulu fâcher le pouvoir en place.

Décision de la banque centrale

Elle a, en effet, décidé de laisser son taux directeur inchangé à 7.25% mais a, par contre, augmenté de 75 bp le taux prêteur pour le porter à 9.25%.

Cette décision est clairement insuffisante, comme le montre le graphique de la parité en USD/TRY, car elle devait augmenter son taux directeur pour que la hausse soit efficace.

graphe20170125

 

Cette attitude timorée est bien évidemment le reflet d’un manque d’indépendance par rapport au pouvoir politique et d’une crainte de déplaire à ce dernier.

Cette mesure ne règlera non seulement pas la faiblesse de la livre mais pas plus la hausse de l’inflation.

Ironique

Il a quelque chose de presque ironique de voir le Japon afficher pour la première fois depuis 15 mois une hausse de ses exportations au moment où Trump délite tous les accords commerciaux.

Les exportations ont progressé sur un an de 5.4% contre -0.4%, mais surtout en direction de la Chine, alors que les importations reculaient de seulement -2.6% contre -8.8% le mois précédent.

Nouvelles mesures de Trump

Les annonces de la nouvelle équipe continuent de tomber et elles soufflent le chaud et le froid sur les marchés financiers.

Hier c’est clairement le chaud qui a soufflé pour le secteur des matières premières et du matériel qui ont particulièrement surperformé avec les annonces.

D’une part, de deux projets de pipeline qu’Obama avait gelé vu les risques pour les régions, et d’autre part, la fixation d’une liste de grands projets d’infrastructures prioritaires pour un montant de 137 milliards de dollars. Il ne s’agit encore que d’une liste d’intention mais cela confirme les promesses du candidat.

Mais certaines mesures détricotent le bilan d’Obama, bilan que je trouve particulièrement bien détaillé dans le lien suivant http://annotations.blog.free.fr/index.php?post/2017/01/20/Qu-a-accompli-Barack-Obama, et sont bien évidemment éminemment contestables.

Croissance solide

Les indices PMI en zone euro ont confirmé leur tendance de fin d’année et ouvrent l’année sur une note positive et ferme. L’indice composite s’affiche à 54.3 contre 54.4, avec une confirmation de la tendance à la hausse des prix à la production.

Si l’indice PMI en Allemagne des services a un peu marqué le pas, en revanche en France, l’indice continue son mouvement de hausse et se situe à son niveau le plus élevé depuis 5 ans et demi.

L’approche des élections provoque un courant positif, un « business friendly environnement », qui booste l’industrie française.

L’indice IFO en Allemagne est attendu avec la même tendance et devrait donc confirmer le climat favorable en zone euro. Et clairement le risque Brexit n’a pas perturbé les entrepreneurs.

Tout comme d’ailleurs la décision de la Cour Suprême, qui a confirmé que le Brexit devait être avalisé par le Parlement, n’a nullement impacté le sterling.

tableaux20170125