La FED s’adapte déjà au « Trumpisme »

Posté le 15 décembre 2016
Cludy days for the Federal Reserve.

Cludy days for the Federal Reserve.

Si la hausse de 25 bp du taux directeur par la FED n’a nullement été une surprise, en revanche, l’annonce de trois hausses de taux en 2017 contre 2 a pris tout le monde de court.

Trois hausses de taux

Le taux des fonds fédéraux est donc passé à 0.50-0.75 % et la FED se montre en même temps plus optimiste sur l’état de l’économie en revoyant à la hausse ses prévisions de taux.

Pour 2017, elle a revu sa prévision de taux des fonds fédéraux à 1.4 % contre 1.1 %, pour 2018 à 2.1 % contre 1.9 %, et à 2.9 % contre 2.6 % pour 2019. Cela signifie trois hausses de taux sur les trois prochaines années pour arriver au taux jugé de « normal » par la FED de 3 %.

Le marché obligataire a immédiatement réagi et affiche ce matin une hausse sensible comme le montre le graphique de l’évolution des rendements des treasury à 2 ans et à 10 ans.

graphe20161215a

Sans se prononcer sur la politique à venir de Trump, la FED s’inquiète en estimant que « tous les participants au FOMC reconnaissent qu’il y a une incertitude considérable sur la manière dont la politique économique pourrait évoluer et sur l’effet qu’elle pourrait avoir sur l’économie ».

Cette révision à la hausse des taux revient à dire que la FED se montre un peu plus optimiste pour l’économie américaine et a intégré dans ses prévisions le changement de politique que devrait provoquer Donald Trump.

La réaction sur les taux n’est pas étonnante, tout comme celle sur le dollar, dollar qui s’est fortement renforcé par rapport à toutes les devises et en particulier par rapport à l’euro.

Comme le montre graphique avec le différentiel de taux entre le bund 2 ans et le treasury 2 ans, comme ce différentiel s’est élargi, le dollar s’est logiquement renforcé avec un niveau de 1.0490 ce matin.

graphe20161215b

Pour éviter de voir leurs devises s’affaiblir trop fortement, dans les minutes qui ont suivi la décision de la FED, les banques centrales de l’Arabie Saoudite, du Koweït et du Bahreïn ont aussi augmenté leurs taux.

Différentiel de taux

Si le différentiel de taux s’est sensiblement élargi entre le bund et le treasury s’est évidemment parce que ce dernier a progressé comme l’indique le premier graphique. Mais c’est aussi parce que le rendement du bund est resté inchangé suite à des tensions sur les taux en Grèce.

Comme le montre le graphique, le rendement de l’obligation grecque à 10 ans est reparti à la hausse et dépasse les 7 %.

graphe20161215

Cette hausse est la conséquence de l’annonce faite par le MES (Mécanisme européen de stabilité) de suspendre l’allègement de la dette grecque après l’intention du gouvernement grec de payer une prime de Noël aux retraités.

Cette décision, qui a été prise sans consulter les créanciers de la Grèce, représente un coût de 617 millions d’euros et a été ressentie comme une provocation.

Indicateurs aux États-Unis

L’indice des prix à la consommation devrait confirmer la tendance sur les taux, car il est attendu, pour l’indice de base, à 2.2 % contre 2.1 %.

Cette hausse intervient cependant dans un contexte d’un léger recul des ventes de détail, qui n’ont augmenté que de 0.1 % contre 0.6 % le mois passé pour le chiffre hors automobile.

Et la production industrielle a reculé de -0.4 % contre 0.1 % le mois passé, affectée par un recul du secteur manufacturier.

Je voudrais terminer ce billet en vous incitant à écouter l’émouvant commentaire de Nicole Ferroni sur la Syrie, car la situation là-bas nous concerne tous. http://www.lexpress.fr/actualite/medias/quand-nicole-ferroni-parle-de-la-syrie-l-humour-s-etrangle-dans-les-larmes_1860196.html

tableaux20161215