Recul du commerce avant même l’effet Trump

Posté le 21 novembre 2016
Industrial container freight Trade Port beautiful scene at sunset

Industrial container freight Trade Port beautiful scene at sunset

La victoire de Trump continue d’entrainer des ajustements et rotations de positions de la part des opérateurs, qui n’avaient pas anticipé son élection.

D’ailleurs, dans mes prévisions en début d’année, j’avais aussi tablé sur une victoire des démocrates en écrivant « les démocrates vont rester à la Maison Blanche après une véritable déroute des républicains ».

Par contre, ce matin, je peux savourer une autre de mes prévisions ;  « Sarkozy va échouer à la primaire pour les élections présidentielles et va se retirer définitivement de la politique ».

À la différence des élections aux États-Unis et du Brexit, ce premier tour des primaires ne voit pas un courant populiste l’emporter, bien au contraire. Mais il rebat les cartes et démontre une nouvelle fois que le changement du corps électoral est extrêmement compliqué à sonder, même si la remontée de Fillon avait été annoncée.

Déception au Japon

Encore une fois, les indicateurs au Japon sont décevants, d’autant plus que le recul du yen, avec un niveau ce matin de 111 par rapport au dollar, aurait pu être bénéfique.

Car malgré ce recul du yen, les exportations ont reculé de -10.3 % sur un an contre -8.6 %. Mais ce recul du yen est sans doute trop récent, car il est lié à l’élection de Trump et n’a dès lors pas encore pu faire son effet.

N’empêche que ce chiffre est décevant et démontre que le commerce mondial reste faible. Surtout qu’en plus les importations ont reculé de -16.5 % contre -16.3 %, preuve que la demande intérieure reste faible.

Ce recul du commerce international se mesure aussi dans les chiffres pour l’Allemagne avec un recul de -4.7 % des exportations vers la Grande-Bretagne pour le troisième trimestre comparé à l’année passée. Et elles ont chuté de -10.5 % vers les États-Unis en chiffre annuel pour la même période.

Avec l’arrivée de Trump, ce chiffre est d’autant plus interpellant alors que les États-Unis représentent le plus gros partenaire commercial pour l’Allemagne. Ce recul des exportations a déjà pesé sur la croissance au troisième trimestre qui n’a été que de 0.2 % contre 0.4 % le trimestre précédent.

Comme pour le Japon, l’élément positif est évidemment la fermeté du dollar toujours porté par la perspective de la hausse des taux comme le montre la poursuite de la hausse des rendements (ici le treasury 2 ans).

graphe20161121

Pression sur les marchés émergents

Mais cette hausse des taux aux États-Unis n’est pas neutre pour les pays émergents qui subissent la conjonction de la chute de leurs devises et un reflux des capitaux.

Ainsi alors que le Nikkei est en hausse depuis la victoire de Trump, l’indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon affiche un recul d’environ -4 %.

Et les devises comme le peso mexicain restent fortement sous pression avec en plus dans le cas du Mexique un différentiel de taux qui continue de s’élargir comme le montre le graphique du différentiel entre le 10 ans américain et le 10 ans mexicain.

graphe20161121a

tableaux20161121