Forte hausse des rendements obligataires

Posté le 14 novembre 2016
Muenster, Germany - August 25, 2012: List of stock market indices on a high resolution LCD screen presented on iPhone 4 Stocks application. A stock market index is a method of measuring the value of a section of the stock market.

Muenster, Germany – August 25, 2012: List of stock market indices on a high resolution LCD screen presented on iPhone 4 Stocks application. A stock market index is a method of measuring the value of a section of the stock market.

En dehors des bourses, qui ont finalement salué la victoire de Trump, en tablant sur un impact positif pour le secteur bancaire, celui de la santé ainsi que celui des grands travaux d’infrastructures, le mouvement le plus spectaculaire a été observé sur le marché obligataire.

Réallocation ou anticipation ?

Le graphique représente l’évolution du rendement du treasury 10 ans qui se situe à son niveau le plus élevé depuis janvier, en gris, et en bleu, les anticipations d’inflation. Ces dernières se situent à leur niveau le plus élevé depuis septembre 2014.

graphe20161114

La politique que pourrait mener Trump devrait mener à une hausse du déficit ce qui explique la forte hausse des anticipations d’inflation. Combinée à des perspectives de hausse de taux de la part de la FED, la hausse des taux s’est un rien emballée tout en subissant le résultat d’un dégagement par un transfert vers le marché boursier.

Si le secteur de l’énergie a souffert du recul du prix du baril, et celui de la santé a connu des prises de bénéfice, en revanche, le secteur financier a augmenté de 10.2 % sur 3 jours.

Il faut dire que ce dernier pourrait bénéficier de cette remontée des taux et aussi d’un allègement de la règlementation, en particulier la loi Dodd-Frank que Trump a promis d’alléger.

En plus, le moral des ménages américains a progressé sensiblement à 91.6 contre 87.2, soit son niveau le plus élevé depuis juin, ce qui a aussi aidé Wall Street dans sa folle cavalcade.

Cette hausse des taux aux États-Unis a bien évidemment eu un impact sur les taux européens qui ont suivi le mouvement. Mais le différentiel de taux s’est fortement élargi comme le montre le graphique, courbe mauve avec l’échelle de droite.

La conséquence de cet élargissement du spread est le renforcement du dollar, en gris sur le graphique échelle de gauche, avec un niveau de 1.079 ce matin par rapport à l’euro.

graphe20161114a

Les perdants

Mais il n’y a pas que des gagnants depuis l’annonce de la victoire de Trump.

Première victime, le pétrole qui a vu son prix chuter lourdement sous un double effet. D’abord la perspective de voir Trump soutenir l’industrie d’extraction américaine et d’autre part, sans doute l’élément dominant, une hausse de la production des pays de l’OPEP.

Sur le mois d’octobre, la production a atteint un volume record de 33.64 millions de barils par jour suite à une hausse de la Libye, du Nigeria et de l’Irak.

Deuxième victime, le peso mexicain qui a atteint un nouveau record historique par rapport au dollar à la baisse. L’absence de réaction des autorités a accentué le mouvement de baisse de la devise. La crainte d’une forte poussée de l’inflation et donc d’une hausse des taux de la part de la banque centrale pour enrayer le mouvement devrait peser sur la croissance.

graphe20161114b

Mais le peso n’est pas la seule victime, et la forte pression à la baisse a été aussi observée sur le rand sud-africain, le Réal brésilien, la livre turque. Le continent africain pourrait souffrir de la nouvelle politique américaine tout comme l’Amérique Latine en cas de remise en cause des traités de libre-échange ce qui explique la forte pression sur les devises.

Bonnes nouvelles en Asie

Contre toute attente, la croissance au Japon au troisième trimestre a dépassé toutes les prévisions. Sur base trimestrielle, la progression a été de 0.5 % soit en taux annuel une croissance de 2.2 % contre 0.7 % le trimestre précédent.

Ce chiffre doit cependant être nuancé par le fait que la consommation intérieure reste très faible, ce qui démontre que les mesures du gouvernement ne sont pas parvenues à restaurer la confiance.

La forte baisse du yen avec un niveau de 107.50 contre 105.25 par rapport au dollar a accentué la hausse du Nikkei déjà soutenu par les chiffres de croissance.

En Chine, les indicateurs confirment la stabilisation de l’économie avec une hausse sur un an de 10 % des ventes de détail contre 10.7 %, et de 6.1 % de la production industrielle comme le mois passé.

tableaux2016114