Le doute s’insinue dans les marchés

Posté le 2 novembre 2016
Voter Registration Application for presidential election 2016

Voter Registration Application for presidential election 2016

La FED ne va certainement pas rajouter de la volatilité à de la volatilité.

Plus de certitude

Les marchés boursiers, qui avaient tablé sur une victoire de Clinton, se trouvent bien démunis quand la bise fut venue. Et la FED qui se réunit aujourd’hui encore ne va pas rajouter de l’incertitude et va donc, comme prévu avant d’ailleurs, laisser ses taux inchangés.

Ce climat d’incertitude qui a pesé sur les bourses, affecte aussi le dollar qui continue de reculer entrainant dans son sillage le prix du baril à la baisse et une hausse de l’indice VIX, indice de la peur (voir graphique).

graphe20161102a

Et pourtant, les indices aux États-Unis ne sont pas mauvais comme le montre le graphique de l’indice PMI manufacturier. Et selon le bureau ADP, les créations d’emploi dans le secteur privé seraient de 165.000 contre 154.000 le mois passé, ce qui est un signal positif pour le chiffre du chômage attendu ce vendredi.

graphe20161102

 

Et le comble est qu’en plus les indices PMI manufacturiers se sont révélés en hausse aussi au Japon et en Chine.

Pour le Japon, l’indice est passé de 50.4 à 51.4 avec une forte hausse du sous-indice des commandes nouvelles (de 49.6 à 50.8) et de la production (de 50.8 à 53.3).

En Chine également, avec un niveau inédit depuis 2 ans. L’indice PMI officiel est passé de 50.4 à 51.2, mais surtout l’indice non officiel, qui a plus de valeur, est passé de 50.1 à 51.2.

Doutes sur l’Allemagne

Alors que les indices PMI manufacturiers en zone euro devraient rester quasiment inchangés, les doutes sur l’évolution de l’économie allemande ont resurgi.

Il semblerait que le comité économique du gouvernement allemand, ceux qu’on appelle les sages, devrait revoir à la baisse les prévisions pour 2017. Au lieu d’une croissance de 1.6 %, il tablerait sur une croissance de seulement 1.3 %.

Par contre pour cette année, il tablerait sur une croissance de 1.9 % contre 1.5 % précédemment. Si ce chiffre est confirmé, il s’agirait du taux le plus élevé depuis 5 ans.

Indices solides en Grande-Bretagne

Toujours pas d’effet Brexit sur l’industrie avec un indice PMI manufacturier à 54.3 contre 55.5. Il faut dire que la chute de la devise booste de façon assez artificielle les exportations et que l’impact inflationniste reste encore contenu pour le moment.

Alors qu’un débat agite le monde politique sur l’indépendance de la banque centrale, cette dernière ne devrait plus modifier son taux directeur en tenant compte de la remontée de l’inflation et de la résilience de l’économie.

tableaux20161102