Le retour de l’inflation ?

Posté le 14 octobre 2016
Young male broker looking at a stock market of china with declining arrows

Young male broker looking at a stock market of china with declining arrows

Décidemment, les statistiques chinoises font et défont les tendances sur les marchés.

Indicateurs en Chine

Clairement, le recul des exportations chinoises hier a plombé les bourses et en particulier les bourses européennes.

Ce chiffre a pesé sur les matières premières qui ont entrainé dans leur sillage l’ensemble des cotations. Cette situation a peut-être un côté un peu inique, mais n’en demeure pas moins une réalité.

Le chiffre du jour pourrait peut-être provoquer l’effet inverse. Car c’est la première fois depuis janvier 2012 que les prix à la production augmentent.

Ces derniers qui se situaient à -0.8% sont en effet passé à 0.1% en chiffre annuel. Cette hausse est une bonne nouvelle car elle pourrait signifier, si elle est confirmée, que les excédents de production se réduisent.

Comme en plus, le CPI a aussi progressé à 1.9% sur un an contre 1.3% le mois passé, le sentiment est positif. Car alors que la dette des entreprises est estimée à 169% du PIB, selon les derniers chiffres de la BRI, une hausse de l’inflation viendrait réduire mécaniquement la dette.

L’inflation

Ce thème de l’inflation sera décidemment le thème du jour, alors que l’on attend le PPI aux Etats-Unis qui devrait légèrement progresser à 1.2% contre 1%.

Cela ne peut évidemment que conforter le scénario de la hausse des taux en décembre, et certains s’interrogent déjà sur les hausses de taux l’année prochaine et évoquent deux hausses probables.

Mais pendant ce temps, en Grande-Bretagne on joue à se faire peur sur la hausse de l’inflation justement. Mais contrairement aux autres, cette hausse n’est pas attendue avec un certain soulagement, mais elle est crainte.

La dégringolade du sterling va inéluctablement entrainer une hausse de l’inflation, hausse que l’on observe déjà à travers la hausse du PPI comme le montre le graphique.

graphe20161014

Alors que l’inflation se situe actuellement à 0.6%, elle devrait terminer l’année sur un niveau de 1% selon les estimations et de 2.3% l’année prochaine. Une hausse de l’inflation de cette ampleur serait une mauvaise nouvelle pour la consommation et aurait aussi un impact négatif sur l’immobilier.

Mais la crainte de voir le sterling encore plus se déprécier fait craindre de voir l’inflation s’envoler à 4% en 2018 ce qui obligerait la BOE à augmenter ses taux. Avec comme conséquence de peser encore un peu plus sur la croissance, croissance qui serait déjà affectée par le Brexit en fonction des conditions des négociations.

Le sterling est donc en position très instable et une nouvelle dépréciation ne serait vraiment pas une surprise.

tableaux20161014