Le secteur des services souffre à son tour

Posté le 26 septembre 2016

4126

Alors qu’au début de l’année, c’était le secteur manufacturier qui était à la traine, c’est au tour du secteur des services de l’être en zone euro.

Indices PMI

Résultat, l’indice PMI composite pour la zone euro a reculé à 52.6 contre 52.9, suite à un indice des services qui est passé de 52.8 à 52.1.

graphe20160926

Par pays, cela donne pour l’Allemagne une chute particulièrement inquiétante de l’indice des services qui est tombé à 50.6. Ce qui donne un indice composite à 52.7 contre 53.3, soit son niveau le plus bas depuis 16 mois.

En France, la situation est complètement inverse avec un net rebond du secteur des services à 54.1 contre 52.3, alors que l’indice manufacturier est resté sous le seuil des 50 à 49.5.

Mais même avec un indice composite à 53.3 contre 51.9, soit son niveau le plus élevé depuis juin 2015, la croissance en France devrait rester en deçà de l’objectif du gouvernement. D’autant plus que l’INSEE a revu à la baisse la croissance au deuxième trimestre à -0.1 % contre 0 % précédemment.

En tout état de cause, il ne faut pas espérer une croissance supérieure à 0.3 % au troisième trimestre en zone euro.

Pression sur le sterling

Comme le montre le graphique, le sterling est de nouveau sous pression après une petite période d’accalmie et d’euphorie post Brexit.

graphe20160926b

La perspective de voir la BOE encore abaisser son taux directeur pour le ramener à 0 % explique en partie ce mouvement. Mais les doutes sur l’impact réel du Brexit s’insinuent et pèsent sur la confiance.

Preuve que ce Brexit sera tout sauf neutre, selon une étude menée par KPMG auprès de 100 patrons anglais, de sociétés avec des revenus entre 10 millions de sterling et 1milliard de sterling, 76 % d’entre eux envisageraient de déplacer, soit leur siège social, soit leur activité, à l’extérieur de la Grande-Bretagne en raison du vote du 23 juin.

Recul de l’inflation au Canada

La BOC avait laissé entendre qu’elle n’avait plus l’intention de baisser ses taux et qu’une longue période de stabilité s’ouvrait pour les taux.

Le dernier chiffre d’inflation est venu balayer cette certitude. L’inflation a reculé à 1.1 % contre 1.3 % , soit son niveau le plus faible depuis 10 mois. Après ce chiffre, la probabilité d’une baisse de taux qui était de 20 % pour mi-2017 a bondi à 40 %.

Bourses sous pression

À côté des indices PMI décevants en zone euro qui ont pesé sur les bourses, le débat entre Clinton et Trump pourrait cristalliser toutes les attentes et peser sur les bourses également.

tableaux20160926