Que vont faire les banques centrales ?

Posté le 19 septembre 2016
City traffic, night view, Tokyo, Japan

City traffic, night view, Tokyo, Japan

Un seul élément va dominer cette semaine sur les marchés, les réunions des banques centrales.

D’abord la BOJ

Elle doit combattre un véritable fléau depuis des années qui revient régulièrement, comme une invasion de sauterelles, la déflation (voir graphique). Mais la politique menée jusqu’à présent n’a pas permis d’endiguer ce fléau et la BOJ cherche de nouvelles parades.

graphe20160919

La décision de janvier de descendre son taux à -0.10 % n’a pas du tout eu l’effet escompté et l’incite donc à une extrême prudence.

Ensuite la FED

Une hausse des taux de la part de la FED cette semaine serait une réelle surprise qui risquerait de fortement affecter les marchés.

Même si l’inflation a augmenté plus que prévu avec une hausse de 0.3 % d’un mois à l’autre pour l’inflation de base, soit un taux annuel de 2.3 % comme le montre le graphique. La Fed ne devrait pas pour autant augmenter ses taux lors de cette réunion.

graphe20160919b

Par contre, elle devrait préparer les marchés à une hausse en décembre. Inéluctablement, nous allons connaitre, après un été calme, une fin d’année qui risque  fort d’être très volatile avec pas mal d’indécision.

La banque centrale russe

Pour la deuxième fois cette année, elle a réduit de 0.50 % son taux directeur pour le ramener à 10 %. Elle a annoncé ne plus avoir l’intention de réduire son taux cette année vu le niveau de l’inflation.

Alors que l’inflation se situait à 9.8 % en début d’année, elle est revenue à 6.9 %, mais reste encore loin de l’objectif de la banque centrale de 4 %.

Cependant, le chemin parcouru est déjà remarquable et la Russie pourrait renouer avec la croissance l’année prochaine. Ce qui après la victoire aux élections parlementaires du parti pro-Putin assurera à ce dernier sa réélection aux prochaines élections présidentielles.

Une stabilisation du prix du baril serait aussi un des facteurs qui permettrait à la Russie de sortir de la récession en 2017.

Or un accord pourrait intervenir la semaine prochaine lors de la réunion de l’OPEP après des discussions entre la Russie et l’Arabie Saoudite et l’intention exprimée par l’Iran de stabiliser les prix.

tableaux20160919