Les indices de confiance se tassent partout

Posté le 7 septembre 2016

Blog 16113

Il n’y a pas qu’en zone euro que le secteur des services est à la traine.

Indice ISM non manufacturier aux USA

L’indice ISM non manufacturier a fait un véritable plongeon et se situe à son niveau le plus bas depuis 6 ans et demi.

graphe20160907

Après le recul de cet indice, la perspective d’une hausse de taux de la part de la FED en septembre est complètement inimaginable. Et nous avons de nouveau assisté à ce paradoxe où un indice décevant a provoqué une hausse de la bourse américaine. Par contre, sans surprise, le dollar a reculé par rapport à l’ensemble des devises et les rendements obligataires américains ont suivi le même chemin.

Pour autant, ce recul des indices ne change pas fondamentalement la perception concernant l’état de l’économie américaine qui demeure soutenue par la consommation intérieure.

Les doutes allemands

Il n’y a pas que pour des raisons politiques que les allemands doutent, mais aussi pour des raisons économiques. Les commandes à l’industrie allemande restent faibles avec une hausse de seulement 0.2 % après un recul de -0.4 % en juin.

La demande intérieure a été plombée avec un recul de -3 %, et c’est la demande provenant des pays de la zone euro, en hausse de 5.9 %, qui a permis de sauver la mise. Cette demande des pays de la zone euro explique d’ailleurs pourquoi l’Allemagne pourrait afficher un record mondial d’excédent de sa balance courante.

Ce dernier pourrait atteindre 278 milliards d’euros, soit 8.9 % du PIB, niveau jugé excessif et facteur de déséquilibre. Mais l’Allemagne ne veut pas modifier sa politique et estime avoir déjà suffisamment fait pour soutenir sa demande intérieure.

Afrique du Sud

La stabilisation des prix des matières premières combinée à une certaine accalmie sociale dans les mines a permis à l’Afrique du Sud d’afficher une hausse de 3.3 % de son PIB au deuxième trimestre contre un recul de -1.2 % le trimestre précédent.

En chiffre annuel, la croissance a été de 0.6 % contre une contraction de -0.1 %, mais comme clairement la hausse dans le secteur minier est plus liée à un phénomène de rattrapage, la croissance devrait rester modeste pour les deux prochains trimestres.

Croissance en zone euro

Le taux de croissance en zone euro a été confirmé à 0.3 % pour le deuxième trimestre et à 0.4 % pour l’UE des 28. Il est intéressant d’observer que cette croissance dans l’UE a été surtout soutenue par la croissance dans les pays de l’Europe de l’Est avec une progression de 1.5 % en Roumanie, de 1 % en Hongrie, et de 0.9 % en Pologne et en République tchèque.

Pour la zone euro, il faut souligner la bonne tenue de la Belgique avec une progression de 0.5 %, l’Espagne avec une hausse de 0.8 % et les Pays-Bas de 0.6 %.

tableaux20160907