Les premiers effets du Brexit

Posté le 25 juillet 2016
British paper currency and coins

British paper currency and coins

Et dire que certains doutaient de l’impact négatif du Brexit.

Indices PMI

Si les indices PMI dans la zone euro ont fait de la résistance, par contre, en Grande-Bretagne le constat est tout autre. L’indice PMI manufacturier a réussi à limiter la casse avec un niveau de 49.1 contre 52.1.

Par contre, l’indice PMI des services s’est effondré avec un niveau de 47.4 contre 52.3, affichant la plus forte baisse mensuelle jamais observée et revenant à son niveau de mars 2009.

Avec un indice composite à 47.7 contre 52.4, l’économie britannique devrait connaitre un ralentissement important dans la deuxième partie de l’année.

Ces chiffres confirment l’absolue nécessité d’une intervention de la BOE le 4 août prochain pour tenter de limiter les dégâts.

Autres banques centrales en embuscade

La BOJ devrait prendre de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire lors de sa réunion du 29 juillet. Elle devrait le faire dans un contexte où le gouvernement devrait aussi prendre de nouvelles mesures et on évoque un programme d’investissement de 187 milliards de dollars de dépenses publiques.

Le fait que le yen soit reparti à la baisse (graphique de la parité en USD/JPY) diminue un peu la pression sur la BOJ, mais elle devrait encore sans doute annoncer un nouveau round d’achats d’actifs.

graphe20160725

Même si le chiffre est moins mauvais qu’attendu, les exportations japonaises sur un an ont reculé de -7.4 % contre -11.6 % escompté. Les importations de leur côté ont reculé de -18.8 % contre – 19.7 %.

L’amélioration d’un mois à l’autre est faible, mais par rapport à la Chine alors que le mois passé les exportations vers la Chine avaient chuté de -14.9 % sur un an, le recul est revenu à -10 % sur le dernier mois.

Il n’y a pas que la BOJ qui se réunit cette semaine, mais également la FED, qui tient son conseil mardi et mercredi.

Même si les derniers chiffres sur l’économie américaine ont été excellents, la FED devrait encore se montrer très prudente et ne devrait pas changer son discours. Une hausse des taux en septembre ne rentre pas dans le scénario actuel compte tenu de l’incertitude née du Brexit.

La prudence sera aussi de mise, car cette semaine les poids lourds de la bourse vont publier leurs résultats. Après la très bonne tenue de Wall Street, ces résultats sont attendus avec une certaine fébrilité vu le poids de société comme Apple, Amazon, Facebook,..

tableaux20160725