L’emploi rassure aux USA

Posté le 11 juillet 2016
car production line with unfinished cars in a row

car production line with unfinished cars in a row

Rien n’est jamais acquis, mais le chiffre des créations d’emploi aux Etats-Unis a rassuré.

Emploi aux USA

Le taux de chômage est certes remonté à 4.9% contre 4.7%, mais l’important est que les créations d’emploi ont dépassé toutes les attentes. Avec un chiffre de 287.000 créations d’emploi, les craintes du mois dernier ont été balayées.

Autre élément rassurant, le secteur manufacturier a créé 14.000 emplois alors que le mois passé il en avait encore détruit 16.000. Comme le montre le graphique, le redressement de l’industrie manufacturière observé par la remontée de l’indice ISM se traduit concrètement en termes d’emploi.

graphe20160711

Le taux d’emploi a légèrement progressé à 62.7% contre 62.6%, indicateur plus significatif que le taux de chômage.

Le salaire horaire moyen affiche encore et toujours une progression faible de 2.6% contre 2.5% sur un an, ce qui renforce le scénario d’un statut quo de la FED.

Avec ces chiffres, les bourses peuvent envisager sereinement la période des résultats qui commence cette semaine et le Nikkei donne un peu la tendance.

Taux d’inflation en Chine

Autre facteur qui pourrait soutenir les bourses est la perspective d’intervention des banques centrales.

Après que l’indice de confiance des consommateurs Gfk en Grande-Bretagne soit tombé à son niveau le plus bas depuis 21 ans, mais surtout après les commentaires du gouverneur de la BOE, la réunion de la banque centrale ce jeudi sera assez cruciale. Même si une baisse de taux n’interviendra pas nécessairement ce jeudi, elle devrait donner des indications plus précises sur ses intentions.

Autre banque centrale qui pourrait intervenir dans les prochains mois, la banque centrale chinoise après la publication des chiffres d’inflation.

L’inflation est en effet retombée à 1.8% contre 2%, même si dans le même temps, l’indice des prix à la production n’a reculé que de -2.6% contre -2.8%.

Ce chiffre donne en tout cas de la latitude à la banque centrale pour assouplir sa politique monétaire alors qu’elle n’a plus modifié ses taux depuis octobre. Les chiffres de la production industrielle mais surtout celui du PIB pour le deuxième trimestre qui seront publiés ce 15 juillet devraient nous permettre d’y voir un peu plus clair.

La banque centrale pourrait d’autant plus agir sur les taux qu’elle ne peut pas encore plus laisser filer sa devise qui est à son niveau le plus bas depuis 5 ans et demi par rapport au dollar (pour le rapport USD/CNY). Le graphique reprenant la parité en USD/CNH qui est la devise de transaction internationale.

graphe20160711b

La stabilisation des réserves est un facteur positif et qui plaide aussi pour un maintien de la devise à son niveau actuel et exclu une dévaluation de la part des autorités.

tableaux20160711