La roue tournerait-elle ?

Posté le 21 juin 2016

iStock_000074683201_XXXLarge

Attention à l’euphorie et un sondage n’est pas le résultat du référendum.
Euphorie

Difficile de ne pas utiliser un autre terme en regard de la hausse de plus de 3 % de l’Eurostoxx 50, de la hausse de 4 % de l’indice MSCI United Kingdom, et de la forte remontée du sterling (voir le graphique de la parité en EUR/GBP).

graphe20160621

Il est évident qu’en cas de Brexit, la déconvenue sera à la hauteur de l’euphorie actuelle. Et il est bon de rappeler que le 16 septembre 1992 quand le sterling est sorti du Système Monétaire Européen, il a perdu 12 % de sa valeur par rapport au deutsche mark et 10 % par rapport au dollar.

En appliquant le principe de « prévoir le pire en espérant le meilleur », la BCE surveille chaque jour les positions des banques et veillera à assurer la liquidité nécessaire en cas de Brexit.

Ce retournement de situation est très probablement à mettre sur le compte du meurtre de Jo Cox. Si effectivement, la Grande-Bretagne reste dans l’UE après cette tragédie, on pourra encore plus méditer le propos de Woody Allen qui a écrit « la vie est juste une comédie écrite par un auteur sadique ».

Recul de l’inflation

Alors que la BOJ a bien dû reconnaitre qu’elle n’atteindrait pas son objectif d’inflation de 2 % avant mars 2018, l’inflation au Canada a reculé.

Cette inflation est en effet passée de 1.7 % à 1.5 %, et l’inflation de base à 2.1 % contre 2.2 %. Cependant, avec un taux directeur à 0.50 %, la banque centrale ne devrait plus procéder à un assouplissement monétaire en dépit de cette baisse de l’inflation.

Concernant le Japon, cet objectif d’inflation semble totalement irréaliste et d’ailleurs le FMI appelle à l’abandon de ce dernier dans son dernier rapport. « Dans le cadre des politiques actuelles, l’objectif élevé de croissance nominale, l’objectif d’inflation et l’objectif d’excédent budgétaire primaire restent tous hors de portée dans le calendrier fixé par les autorités » a communiqué le FMI.

Croissance moindre au deuxième trimestre

Après un premier trimestre particulièrement soutenu en France et en Allemagne, la croissance au deuxième trimestre devrait reculer légèrement avant de repartir à la hausse.

Le recul des exportations a pesé sur la croissance, mais la demande intérieure a pris le relais, mais avec un petit effet de décalage. Pour autant, l’indice ZEW, qui mesure le moral des investisseurs en Allemagne, est attendu encore en recul, recul qui s’explique évidemment par le contexte d’incertitude que créé le référendum.

tableaux20160621