Le contexte économique reste indécis

Posté le 1 juin 2016

211sprinter

S’il fallait encore trouver une bonne excuse au Premier ministre Abe pour reporter la hausse de la TVA, l’indicateur PMI manufacturier est tout trouvé.

Report au Japon

C’est en effet aujourd’hui qu’Abe devrait annoncer le report, deuxième d’ailleurs, de la hausse de la TVA en 2019. Le contexte économique ne s’y prête absolument pas à cette hausse et même Moody’s, qui avait pourtant exhorté les autorités à augmenter la TVA, reconnait que cette hausse serait plus dommageable que productive.

La publication de l’indice PMI manufacturier à 47.7 est venu donner le dernier coup de grâce à toute hausse de la TVA. Comme le montre le graphique, cet indice a connu une sérieuse baisse depuis ces derniers mois et se situe à son niveau le plus bas depuis janvier 2013.

raphe20160601

Et si ce recul est en partie la conséquence d’une faiblesse de la demande intérieure, l’évolution de l’économie chinoise est évidemment aussi un facteur qui explique la faiblesse de l’économie nipponne.

La publication de l’indice PMI manufacturier en Chine ce matin à 50.1 a d’ailleurs confirmé que l’économie chinoise ne connaissait pas d’atterrissage brutal, mais ne connaissait pas non plus de reprise significative. Et si l’on se réfère à l’indice PMI non officiel, elle a même bien du mal à s’extirper du marasme actuel car cet indice a reculé à 49.2 contre 49.4.

Démêler l’écheveau

Pas facile de s’y retrouver dans les indicateurs publiés aux Etats-Unis. Comme le montre le graphique, l’indice de confiance des consommateurs a reculé de façon inattendue.

graphe20160601b

Par contre, les dépenses de consommation ont augmenté de 1%, soit leur niveau le plus élevé depuis 6 ans. En donnée réelle, la hausse a été de 0.6%, et le Core PCE, indice d’inflation de référence de la FED, est resté stable à 1.6%.

Il faudra sans doute attendre les chiffres du chômage vendredi pour y voir un peu plus clair.

Chiffres en Allemagne

Je pourrais utiliser la même expression après la publication des indicateurs en Allemagne. Les ventes de détail ont connu un recul inattendu de -0.9% après déjà un recul le mois passé.

Et pourtant la hausse des salaires et l’amélioration de l’emploi auraient dû apporter un soutien non négligeable à la consommation. En effet, le taux de chômage en Allemagne est tombé à son niveau le plus bas depuis 1990 à 6.1% contre 6.2%, avec une diminution de 11.000 demandeurs d’emploi. Malgré donc ces très bons chiffres, cela tarde à se concrétiser réellement en termes de consommation.

Inflation en zone euro

L’inflation en zone euro s’est légèrement redressée à -0.1% contre -0.2%, avec toujours un impact négatif de l’énergie comme le montre le graphique.

graphe20160601bb

La BCE ne va donc pas changer de cap, mais elle pourra se réjouir de la hausse sur un an des prêts aux entreprises qui ont progressé de 1.2% contre 1.1%, soit leur niveau le plus élevé depuis novembre 2011.

L’attitude de la BCE sera donc demain de confirmer son « wait-and-see » en tablant sur un statu quo du prix du baril qui devrait permettre de stabiliser aussi l’inflation.

tableaux20160601